Les prévisions, bien plus qu'un passe-temps

Alexandre Sulzer

— 

Même si la neige devait encore tomber cette nuit, il ne faudrait pas dire à Guillaume Séchet que l'hiver est rude cette année à Paris, ça l'énerve. « Avec le réchauffement climatique, on est surpris quand il fait froid. C'est pourtant normal. Entre 1888 et 1988, il n'y a eu qu'un ou deux hivers sans neige dans la capitale. Maintenant, c'est devenu la règle. » Il faut dire que ce météorologue de 39 ans connaît tout du climat francilien, son histoire, ses dates marquantes. « On est plusieurs milliers à être passionnés de météo en France. Mais cela a pris chez moi une importance peu commune. »

Dès l'âge de 10 ans, il bricole une station météo chez lui, aux Clayes-sous-Bois (Yvelines), muni d'un thermomètre, d'un baromètre et d'un hygromètre. Fait ses propres prévisions locales - appuyées sur celles de Météo France -, qu'il accroche sur la grille de la maison pour les voisins. Quand il a 15 ans, la mairie les lui demande pour ses panneaux d'affichage. Après deux ans chez Météo France et douze ans à La Chaîne météo, Guillaume Séchet travaille pour différents médias et écrit des livres sur les événements climatiques. Surtout, il a créé en 2005 le site www.meteo-paris.com, qui actualise plusieurs fois par jour des prévisions gratuites jusqu'à dix jours. Un travail qu'il effectue depuis son appartement du 6e arrondissement grâce à une station météo professionnelle et une Webcam installées sur le toit. « Parmi les trente mille visiteurs quotidiens, beaucoup sont des utilisateurs du Vélib' qui veulent savoir le temps qu'il va faire avant de sortir », explique celui qui a développé le même modèle pour une dizaine de villes de province. « Un succès », se réjouit-il. En un rien de temps. ■