Roissy : L’Algérie demande à ses ressortissants bloqués à l’aéroport de « retourner » en Grande-Bretagne

FRONTIERES Ces 25 personnes vivent dans la zone internationale de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle depuis le 2 mars, à cause de la fermeture des frontières algériennes

20 Minutes avec AFP

— 

L'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, au nord-est de Paris.
L'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, au nord-est de Paris. — ERIC PIERMONT / AFP

L'Algérie a demandé à 25 de ses ressortissants, bloqués depuis trois semaines dans la zone internationale de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle pour cause de crise sanitaire, de « retourner » en Grande-Bretagne, leur lieu de résidence.

« Le consul d’Algérie à Créteil, en présence du représentant d’Air Algérie à Paris, a rencontré à plusieurs reprises depuis le 2 mars 2021 certains membres de ce groupe pour échanger sur leur situation et la nécessité de retourner à leurs lieux de résidence en attendant la réouverture des frontières », a déclaré l’ambassade d’Algérie à Paris dans un communiqué dont l’AFP a pris connaissance vendredi.

Les liaisons suspendues

Des solutions multiples de prise en charge, dans l’espoir que ces passagers « reviennent à la raison », leur ont été proposées pour repartir en Grande-Bretagne, leur lieu de départ, mais « les concernés ont choisi de rester en zone internationale », a ajouté l’ambassade.

L’Algérie a officiellement suspendu le 17 mars 2020 ses liaisons aériennes et maritimes avec la France en raison de la pandémie de Covid-19, une mesure étendue au reste du monde quelques jours plus tard. L’émergence du variant anglais du virus a encore compliqué la situation : même les vols de rapatriement de ses ressortissants ont été suspendus pour toute la durée de ce mois de mars.

Cette fermeture des frontières a bloqué un groupe de 25 citoyens algériens, des hommes seuls et trois familles dont deux jeunes enfants, dans la zone internationale de l’aéroport de Roissy, dans des conditions très rudimentaires : sieste à même la moquette au son des haut-parleurs, toilette minimaliste dans les sanitaires et repas aléatoires.

Prévenus par la compagnie?

L’ambassade d’Algérie a par ailleurs indiqué que ces personnes avaient été « saisies individuellement » par Air Algérie, avant leur départ, de l’impossibilité qui leur était faite de rentrer dans leur pays. « Ce sont des mensonges », a assuré ce vendredi l’un d’eux à l’AFP, Hocine, un chirurgien anglo-algérien de 49 ans « bloqué » avec sa femme et sa fille de 3 ans. « Les gens qui sont ici n’ont été prévenus que le jour-même, une fois arrivés à l’aéroport » de Roissy, a-t-il assuré.

Depuis 21 jours, « la situation n’a pas changé, aucune personne n’est partie », se désole ce père de famille, qui affirme que tous ses compagnons d’infortune avaient « complètement le droit de partir » et qu’ils disposaient de tests de dépistage négatifs voire étaient déjà vaccinés. « On ne peut pas traiter les personnes de la sorte, c’est un manque de respect à leur vie, à leur dignité », a réagi auprès de l’AFP, Me Karima Hadj Said, un des avocats saisis de leurs dossiers pour étudier la possibilité d’un recours juridique en urgence.