Confinement à Paris : « On espère que ce seront les 4 dernières semaines, on va tout faire pour », annonce Anne Hidalgo

EPIDEMIE Après Jean Castex, c’est au tour d’Anne Hidalgo, la maire de Paris de se dire prête à se faire vacciner « pour l’exemple ». Même avec le vaccin AstraZeneca

F.H. avec AFP
— 
Derrière le masque et les lunettes, Anne Hidalgo, la maire de Paris. (Illustration)
Derrière le masque et les lunettes, Anne Hidalgo, la maire de Paris. (Illustration) — FRANCOIS GREUEZ/SIPA

L’espoir fait vivre. Ce vendredi soir, Paris et l’Ile-de-France (plus les Hauts-de-France, la Seine-Maritime, l’Eure et les Alpes-Maritimes) entrent dans une nouvelle période de confinement. Anne Hidalgo, la maire de la capitale espère « que ce seront les 4 dernières semaines de confinement, on va tout faire pour ». L’élue PS a pris acte des nouvelles mesures de « freinage massives » pour lutter contre la pandémie de Covid-19. « On a tiré quelques enseignements », s’est-elle réjouie à propos de la « liberté de déplacement plus grande » et des possibilités d’activité physique.

Anne Hidalgo​ prône pour une accélération du processus de vaccination et rappelle sa demande de « multiplier par 4 » le nombre de personnes vaccinées à Paris. « Il nous faut reprendre l’AstraZeneca et on ira convaincre les quelques inquiétudes et tergiversations » pour que les gens se fassent « vacciner massivement », a-t-elle encore dit, se disant prête à se faire vacciner « pour l’exemple », y compris, « bien sûr », avec le vaccin du laboratoire suédo-britannique.

« Je regrette ce moment de grande confusion mais la vérification est faite et tant mieux, les dernières barrières sont levées », a ajouté Anne Hidalgo à propos du vaccin d’AstraZeneca, dont l’utilisation avait été suspendue dans une quinzaine de pays après le signalement d’effets secondaires graves tels que des troubles de la coagulation et la formation de caillots.