Régionales en Ile-de-France : Julien Bayou veut un rassemblement avec la gauche dès le 1er tour

POLITIQUE Le secrétaire national d’EELV est « prêt à discuter » avec Clémentine Autain (LFI) et Audrey Pulvar qui mènera la liste soutenue par les socialistes

20 Minutes avec AFP
— 
Julien Bayou, tête de liste EELV aux élections régionales en Ile-de-France, à Paris le 3 Mars 2021.
Julien Bayou, tête de liste EELV aux élections régionales en Ile-de-France, à Paris le 3 Mars 2021. — ISA HARSIN/SIPA

Combien de candidats vont représenter en juin la gauche et les Verts au premier tour des élections régionales en Ile-de-France ? A cette question Julien Bayou espère pouvoir répondre : un seul. Lors de son premier meeting de campagne mardi, sur Internet, le leader de la liste des écologistes s’est dit « prêt à discuter » en vue du rassemblement.

« Je rencontre souvent Clémentine Autain (tête de liste LFI) dans les manifestations et Audrey Pulvar (tête de la liste soutenue par les socialistes) parle beaucoup d’écologie. Pourquoi ne pas explorer les conditions d’un rassemblement dès le premier tour ? Je suis prêt à discuter », a affirmé Julien Bayou, également secrétaire national d’ EELV.

« L’écologie doit être la matrice »

Avec le PS et LFI, « nos valeurs de rassemblement sont déjà là. L’écologie doit être la matrice et la locomotive pour l’avenir », mais « ça ne veut pas dire » qu’il faille s’aligner « sur le plus petit dénominateur commun. Nous ne retrancherons rien à ce que nous sommes », a-t-il prévenu. Il a assuré vouloir « demain, mettre la jeunesse au pouvoir » en Ile-de-France, où il a dénoncé les problèmes d'« insécurité » et accusé la présidente sortante, Valérie Pécresse (Libres !), d’être « la mauvaise élève en tout ».

Benoît Hamon, ex-candidat à la présidentielle et fondateur de Générations, rallié à la liste de Julien Bayou, a appelé à « aller encore plus loin » dans le rassemblement, et Corinne Lepage, co-présidente de Cap écologie, à faire de l’Ile-de-France une « région écologiste ». Delphine Batho, ex-ministre de François Hollande et présidente de Génération Ecologie, a-elle estimé qu’il fallait « un changement radical » dans une région où « la pollution de l’air aggrave encore les problèmes de santé liés à la pandémie ».

Le tacle d’Olivier Faure

Lors de ce meeting, les huit têtes de liste départementales ont été présentées : Ghislaine Senée (Yvelines), Kader Chibane (Seine-Saint-Denis), Roberto Moréno (Hauts-de-Seine), Carine Pélegrin (Val-d’Oise), Laurence Abeille (numéro deux à Paris derrière M. Bayou), Hella Kribi (Essonne), Annie Lahner (Val-de-Marne) et Jacques Huleux (Seine-et-Marne).

Lundi sur LCP, Olivier Faure, premier secrétaire du PS, avait fustigé ceux qui disent « oui au rassemblement mais à condition que ce soit derrière » eux. « Ce serait assez logique de dire : en Ile-de-France, prenons Audrey Pulvar (comme tête d’une liste de rassemblement) parce qu’elle est la mieux placée pour l’emporter », a-t-il affirmé.