Paris : La mairie s'explique après l'annonce très critiquée d'un possible confinement de trois semaines

EPIDEMIE Cette proposition, qui n’est pour l’heure qu’une « hypothèse », va être transmise au préfet et à l’Agence régionale de santé ce week-end

R.L.

— 

Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo.
Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo. — SIPA PRESS

« C’est une hypothèse. » Ce vendredi, le premier adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire, est revenu lors d’une conférence de presse, sur la proposition formulée jeudi de confiner la capitale durant trois semaines afin « d’avoir la perspective de tout rouvrir » à son issue, y compris bars, restaurants et lieux culturels,

Après l’annonce surprise de la veille, le premier adjoint s’est montré plus nuancé. «Ça n'a jamais été une proposition, j'ai fait trois interventions médiatiques hier soir, ça n'a jamais été une proposition, c'est une hypothèse», «simplement une hypothèse que nous souhaitons mettre sur la table», a-t-il précisé.

« Si ça se stabilise, il faudra mettre en place des mesures d’ajustement. Dans le cas où ça se dégrade, nous sommes alors contre les demi-mesures qui ne feraient que retarder un confinement plus dur », a-t-il expliqué en prônant des « efforts à court terme ». « La demi-mesure éprouve le moral de nos concitoyens », a-t-il ajouté. 

« Retrouver la perspective d’une vie normale au printemps »

Cette proposition de confinement localisé, est « un moyen », selon le premier adjoint de « retrouver la perspective d’une vie normale au printemps » et de redonner de « l’espoir » et de la « visibilité ». Cette requête va être transmise au préfet et à l’Agence régionale de santé ce week-end avant de la faire remonter au gouvernement.

«Nous ne proposons pas de mettre en oeuvre le confinement à Paris d'abord, parce que cette décision relèvera de l'exécutif national, mais nous pensons que la politique des demi-mesures, avec des résultats très contestables a une forme de fin de cycles», a-t-il aussi expliqué.

La proposition de la mairie de Paris de confiner pendant trois semaines la capitale sera « étudiée » à l’échelle de la région, malgré des réserves sur sa durée et sur la fermeture des écoles, a réagi ce vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

« Si on est entré dans ce cadre de discussions avec les élus, c’est pour qu’ils fassent des propositions, donc la proposition de la mairie de Paris sera évidemment étudiée », a assuré le porte-parole du gouvernement sur France Inter. L'annonce jeudi d'un éventuel confinement de trois semaines de la capitale a provoqué un tollé parmi les élus franciliens.