Le triste sort du musée du sport

Alexandre Sulzer

— 

Médaille d'or de la discrétion. Qui a entendu parler du Musée national du sport* qui a ouvert en juin dernier dans le 13e ? Peu de monde, malgré l'annonce la semaine dernière d'une première exposition temporaire. Dans ses 700 m2, le musée expose pourtant 350 objets, dont le ballon de la finale du Mondial 98 ou les gants de boxe de Marcel Cerdan. Mais à peine 200 à 600 personnes, scolaires compris, le visitent chaque mois. « Nous n'avons pas mis le paquet sur la publicité car on espérait s'installer ailleurs », reconnaît Zeev Gourarier, le directeur.

Le musée du sport existe juridiquement depuis 1963 et possède un riche fonds de 100 000 objets (coupes, tableaux, manuscrits, produits dérivés...). Mais il n'est pas accessible au public et reste entreposé au Parc des Princes (16e). Un musée visitable a bel et bien existé de 1988 à 1998 mais a fermé pour la Coupe du monde de foot. Depuis, différents projets, au Stade de France (Seine-Saint-Denis) ou à Colombes (Hauts-de-Seine), ont échoué. Depuis janvier, un accord se dessine avec la mairie (UMP) de Nice pour une « implantation digne d'un musée qui porte une identité nationale ». En cas de déménagement, nul ne sait ce qu'il adviendrait des locaux du 13e. ■* 93, avenue de France (13e). Du mardi au vendredi de 10 h à 18 h ; samedi de 14 h à 18 h. 4 euros.