Le Francilien, un « train du futur » proche

Alexandre Sulzer

— 

Ce qui n'était qu'une image de synthèse est devenu un train bien réel. La SNCF et le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) ont présenté vendredi à Crespin (Nord) la première rame d'essai de la nouvelle génération de Transilien : le Francilien. Construit par Bombardier, ce « train du futur », comme l'appelle Jean-Paul Huchon, le président (PS) du Stif, doit être mis en service le 13 décembre 2009 sur la ligne H, entre la gare du Nord et Luzarches. Au total, 172 rames seront déployées progressivement jusqu'en avril 2015, avec huit mois d'avance sur le calendrier initial.

Quel est l'intérêt ? Lumineux - ses grandes vitres lui donnent un look de tramway - et doté d'écrans d'information, le Francilien est plus confortable. Plus large, sa capacité est améliorée d'environ 25 % par rapport aux « petits gris » (livrés pour certains en 1969 !) qu'il doit remplacer. Il peut, en revanche, recevoir moins de voyageurs (de 10 à 15 %) que certaines rames à deux étages auxquelles il doit également se substituer. Ses capacités d'accélération et de freinage, plus étendues, doivent permettre de faire circuler un plus grand nombre de trains chaque jour. Autre atout : ses portes très larges (1,95 m) doivent faciliter le transit des passagers entrants et sortants. Et réduire ainsi de plusieurs précieuses secondes le temps d'arrêt en gare.

Quelles lignes sont concernées ? Les six premières rames entre Paris et Luzarches seront utilisées jusqu'à fin avril 2010 en dehors des heures de pointe « afin de roder le système ». Puis les Franciliens seront déployés au fur et à mesure sur le reste de la ligne H jusqu'à juin 2012. A cette date, la H sera donc la première à être 100 % équipée. Les voyageurs de la ligne K (gare du Nord-Crépy-en-Valois) devront attendre, eux, la fin avril 2015. Le déploiement se fera ensuite sur le réseau Paris Est de mi-2012 à avril 2015 et sur le réseau Saint-Lazare de 2013 à 2014.

Et les gares de Lyon et Montparnasse ? Elles ne sont pas concernées directement. Mais les anciennes rames à deux étages des autres gares, qui seront remplacées par les Franciliens, viendront se substituer aux « petits gris ». Qui devraient ainsi disparaître définitivement d'Ile-de-France en 2015. ■