Paris : Une épicerie solidaire pour les étudiants s’ouvre au cœur du Quartier latin

SOLIDARITE L’épicerie solidaire, Epi’Sol, ouvre ses portes ce mardi après-midi dans la mairie du 5e arrondissement

R.L.

— 

L'épicerie solidaire Epi'Sol dans le 5e arrondissement. Crédits : Nicolas Marques Cithéa
L'épicerie solidaire Epi'Sol dans le 5e arrondissement. Crédits : Nicolas Marques Cithéa — Epi'Sol

Face à la précarité grandissante des étudiants, les arrondissements de la capitale s’organisent. Florence Berthout (DVD), maire du 5e, quartier étudiant historique, a décidé d’agir en accueillant une épicerie solidaire dans les locaux de sa mairie, située à deux pas du Panthéon, au cœur du Quartier latin. Son nom : Epi’Sol.

Installé au rez-de-chaussée de la mairie, cet endroit de 150 mètres carrés, géré par une trentaine de bénévoles, est destiné aux étudiants boursiers qui auront accès à différents produits alimentaires et hygiéniques. Et ce, dès ce mardi après-midi.

« Un enjeu économique et de santé psychique »

« Cette ouverture répond à un enjeu économique et de santé psychique car je perçois la détresse morale des étudiants. C’était une promesse de campagne, mais le covid-19 a mis en évidence l’urgence de faire passer ce projet avant tous les autres », explique Florence Berhtout. ​Et de préciser : « Les banques alimentaires ont consolidé le stock. En tout, nous avons 6 tonnes de produits. Notamment des produits secs, des boîtes de conserve, mais aussi des produits d’hygiène pour lutter contre la précarité menstruelle ».

Auprès de l’association Epi’Sol, les étudiants qui étudient ou habitent dans le 5e arrondissement, pourront ainsi se procurer des produits de première nécessité en bénéficiant chaque mois d’un panier d’achats d’une valeur de 150 euros qui leur sera facturé entre 20 % et 30 % de sa valeur réelle. L’épicerie sera ouverte le mardi et le jeudi de 16h à 19h et le samedi de 10h à 13h. « Dans un premier temps, l’épicerie s’adresse aux étudiants boursiers et ceux qui ont un reste à vivre de moins de 6 euros par jour », précise Florence Berthout qui vise 200 étudiants à terme dans la configuration actuelle.

Attenant à l’épicerie, un espace Cause Cafet’a également été créé pour que les étudiants y trouvent un lieu de rencontre et de soutien psychologique. Espace de sociabilité et lieu de sensibilisation à la fois, Cause Cafet’« sera dédié à l’échange, à l’information et à l’accompagnement des étudiants dans leurs différentes démarches », note-t-on à la mairie.

Avec la crise sanitaire, la précarité étudiante est en augmentation. Certaines distributions alimentaires ne désemplissent pas depuis la rentrée de septembre. Dans un espace du 13e arrondissement, 2,5 tonnes de nourriture invendue sont notamment données par l’association Linkee aux étudiants qui affluent tous les lundis et jeudis de tout Paris pour récupérer des colis.