Paris : Le musée du Louvre fermé, la Joconde quitte son tableau

STREET ART Rassurez-vous, il s’agit d’une action artistique pour soutenir le monde de la culture signée de l’artiste Toolate

R.L.

— 

L'œuvre de Toolate installée rue de Rivoli à Paris
L'œuvre de Toolate installée rue de Rivoli à Paris — Toolate

« Faites-moi signe quand tout ça sera fini… ». C’est avec ce petit mot, que Mona Lisa a annoncé sa mise en retrait de son propre tableau et du musée du Louvre où elle s’expose depuis 1797. Absence de visiteurs, fermeture des musées, Covid-19, variant britannique, couvre-feu à 18 heures, conférence de presse surprise de Jean Castex un vendredi soir à l’heure de l’apéro, futur troisième confinement… Voilà le tableau des derniers temps. Et pour la Joconde, trop c’est trop.

Installation de l'artiste Toolate rue de Rivoli, Mona Lisa a quitté son tableau.
Installation de l'artiste Toolate rue de Rivoli, Mona Lisa a quitté son tableau. - Toolata

Un tableau sans Mona Lisa et son sourire énigmatique a en effet été installé rue de Rivoli, samedi matin à quelques mètres du musée du Louvre. Il a été découvert par des passants ce week-end. Un post-it avec son mot d’adieu, une barrière de sécurité et sa plaque explicative ornent cette installation. Car il s’agit d’une œuvre artistique signée Toolate, un street artist anonyme. 

« Espérons qu’elle revienne un jour »

« Le but de cette œuvre est de soutenir le milieu culturel qui souffre de cette crise sanitaire, nous vivons dans un monde où nous avons le droit de faire les soldes, de se ruer dans des commerces, mais nous n’avons pas le droit de nous instruire », détaille-t-il auprès de 20 Minutes.

Et de préciser : « La Joconde est l’une des œuvres les plus connues du monde, nombre d’artistes l’ont pris pour référence. Elle est un symbole représentant la culture de notre pays. Mais aujourd’hui, elle est partie. » Le street artist n’en est pas à son premier coup depuis le début de la pandémie.

En novembre dernier, il a exposé 50 tableaux composés de masques jetés au sol dans les rues de Paris avec ce mot « Voici l’œuvre d’un connard ». « J’ai mené cette action dans le but de sensibiliser les passants au manque de civisme. Un masque chirurgical met 450 ans à se désagréger. Ces déchets peuvent propager le virus et polluent l’environnement et les océans », expliquait l’artiste au HuffPost. 

Le Louvre et plusieurs grands musées parisiens ont subi de plein fouet les conséquences de la pandémie de Covid-19, subissant des baisses de fréquentation de plus de 70 % en 2020. Le plus grand musée du monde, fermé pendant six mois, aura accueilli 2,7 millions de visiteurs en 2020, soit -72 %, en comparaison avec les 9,6 millions de visiteurs en 2019 et le record absolu de 10,2 millions en 2018. Mais c’est aussi tout le monde la culture et de la nuit qui est actuellement en danger dans la capitale. Et la Joconde reviendra-t-elle ?

« Espérons qu’elle revienne un jour mais pour le moment il est déjà trop tard, des musées sont dans l’obligation de vendre des œuvres pour renflouer leurs caisses. Les mesures gouvernementales illogiques ont entraîné des pertes financières, le monde de l’art est inquiet. Et il en est de même pour les cinémas, théâtres et salles de spectacle », répond Toolate.