Paris est-il vraiment prêt à l’arrivée de la 5G « avant fin février » ?

TELEPHONIE Une petite phrase de Xavier Niel, fondateur de l’opérateur télécom Free, a relancé le débat de la 5G à Paris. Elle sera disponible à Paris « avant fin février pour tous les opérateurs », selon lui. Face à cette annonce, les écologistes réitèrent, eux, leur demande de moratoire

R.L.

— 

La 5G. (illustration)
La 5G. (illustration) — LIONEL BONAVENTURE / AFP
  • La 5G sera disponible dans la capitale « avant fin février pour tous les opérateurs », a estimé lundi, Xavier Niel.
  • De son côté, la maire de Paris indique poursuivre « son travail de transparence vis-à-vis des Parisiennes et des Parisiens » sans s’avancer sur un calendrier précis.
  • Ce mardi, les élus écologistes ont demandé une nouvelle fois dans un courrier adressé à Anne Hidalgo de suspendre le déploiement de la 5G dans la capitale.

La 5G très prochainement à Paris ? C’est en tout cas ce que prédit Xavier Niel, fondateur de l’opérateur télécom Free. Le nouveau réseau sera disponible dans la capitale « avant fin février pour tous les opérateurs », a-t-il estimé lundi. « Paris a été une ville prudente, il y a eu une peur. La ville a essayé de faire les choses plutôt bien. J’étais un peu critique il y a un mois mais j’ai l’impression que les choses avancent dans le bon sens », a déclaré Xavier Niel dans un entretien sur BFM Business.

Alors que plusieurs villes notamment d’Ile-de-France ont décidé la mise en place de moratoires – un principe recommandé par la Convention citoyenne pour le climat – concernant le déploiement du réseau 5G, la maire de Paris, Anne Hidalgo, avait, de son côté, préféré la tenue d’une consultation citoyenne. Et ce, afin de répondre à un « besoin de transparence » des citoyens au sujet de l’impact de la 5G sur l’environnement ou la santé. « Le but est de proposer des gardes de fou sur les usages et créer un socle », expliquait-on au sein de l’exécutif en octobre dernier malgré les appels répétés au moratoire des alliés écologistes.

« La Ville poursuit son travail de transparence »

Une conférence citoyenne métropolitaine, composée de vingt Parisiens et soixante métropolitains, s’est ainsi tenue pour débattre et formuler des recommandations sur la 5G. Dans ses conclusions, les personnes sondées ont émis en fin d’année, 21 recommandations, pour une « information ouverte, transparente » sur les conséquences de son implantation, et plaidé pour un « recyclage des équipements ».

Dans le détail, ils ont notamment demandé que soit « réalisée une étude d’impact environnemental par un bureau d’études indépendant afin de définir précisément les impacts et les bénéfices de la 5G avant son déploiement ». « Nous allons revenir vers eux [les 80 citoyens] pour leur dire où nous en sommes », s’est engagée Anne Hidalgo. « Nous ferons un point au plus tard d’ici un an pour dire où nous en sommes et dire comment les différentes recommandations sont devenues des actes », a-t-elle précisé. Mais d’ici là, la 5G sera-t-elle d’ores et déjà déployée, à partir de fin février, comme l’estime Xavier Niel ? Surtout, Paris est-il prêt ?

« La Ville travaille désormais à la mise à jour de sa Charte parisienne de téléphonie mobile et poursuit son travail de transparence vis-à-vis des Parisiennes et des Parisiens sur la question des ondes électro-magnétiques », fait-on savoir à l’Hôtel de ville contacté par 20 Minutes. Des échanges entre les élus parisiens des différents groupes politiques, les associations de citoyens, les opérateurs de téléphonie mobile et les agences concernées (ANFR, ARCEP, ANSES) se tiennent cette semaine. « Dès que la Ville et les opérateurs auront abouti sur un texte commun, permettant notamment de tenir compte des 21 préconisations de la conférence citoyenne, la mise à jour de la charte fera l’objet d’un vote en Conseil de Paris », ajoute-t-on sans en préciser davantage sur l’échéance de Xavier Niel. Mais de leur côté, les écologistes parisiens ne lâchent pas leur combat.

Les Verts demandent toujours la suspension du déploiement

Dans un courrier adressé ce mardi par le Groupe Ecologiste de Paris à Anne Hidalgo à propos du déploiement de la 5G, dont 20 Minutes a obtenu une copie, les élus lui demandent de suspendre le déploiement de la 5G. Et ce, « le temps de quantifier son impact carbone pour Paris » et « d’établir une évaluation précise des éventuels besoins éprouvés sur le territoire parisien auxquels la 5G pourrait véritablement répondre ». Et de préciser : « Si la 5G était déployée à Paris avant la fin février 2021 comme l’a annoncé de façon très surprenante, le fondateur de Free, Xavier Niel, nous aurions perdu notre rapport de force avec les opérateurs pour espérer imposer les mesures qui en découleront. »

Actuellement, plus de 7.500 sites 5G ont été ouverts commercialement par Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom depuis fin novembre en France, en dehors de Paris et des grandes métropoles, selon les données publiées par l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep). La capitale compte, elle, plus 1.600 antennes relais, soumises à la charte relative à la téléphonie mobile à Paris.