Pionnière du snacking africain, Audrey Tshiosha veut renouveler l’apéro

2021 A DU TALENT L’année 2021 a débuté et « 20 Minutes » vous présente celles et ceux qui vont l’animer par leur créativité, leur performance ou leur bienveillance. En Ile-de-France, Audrey Tshiosha poursuit le développement de Kaja Food

R.L.

— 

Kaja, lauréat du concours Créatrices d'avenir
Kaja, lauréat du concours Créatrices d'avenir — Kaja
  • En ce début d’année, 20 Minutes vous présente celles et ceux qui feront l’actu en 2021 grâce à leur action associative, leur performance sportive, leur esprit d’entreprise ou leur créativité.
  • Kaja Food, une marque implantée à Athis-Mons (Essonne) propose une gamme de produits apéritifs surgelés d’inspiration africaine et de fabrication artisanale.
  • Depuis juillet, les premiers produits sont vendus dans deux boutiques franciliennes. Mais grâce à sa victoire au concours « Créatrices d’avenir », sa fondatrice Audrey Tshiosha va désormais pouvoir acheter des machines pour sa production.

C’est une victoire, mais pas une finalité. « C’est important pour que ma marque soit connue et reconnue », explique Audrey Tshiosha. La jeune femme a créé Kaja Food en 2019. Cette marque implantée à Athis-Mons ( Essonne) propose une gamme de produits apéritifs surgelés d’inspiration africaine et de fabrication artisanale. Mi-décembre, elle a remporté le trophée « quartier » du concours « Créatrices d’Avenir ».

Ce programme d’accompagnement dédié à l’entrepreneuriat des femmes franciliennes organisé par Initiative Ile-de-France a récompensé six créatrices en 2020 parmi 15 finalistes sélectionnées sur plus de 450 candidatures reçues. Audrey Tshiosha, 29 ans, est l’une des lauréates donc et a su se distinguer après une carrière dans les ressources humaines.

Trois bouchées, deux sauces

« Je voulais entreprendre depuis mes 18 ans. Et c’est face au constat que je ne trouvais pas de produits afro-antillais en grande distribution ou dans des enseignes de surgelés, que j’ai décidé de me lancer il y a deux ans dans ces produits qui sont long à préparer dans une société qui va de plus en plus vite », détaille-t-elle. Elle engage alors sa production et la distribution. Au menu : des mikaté (spécialité congolaise à base de farine et de sucre frite), des acras (petits beignets frits à la morue, aux herbes et aux épices) et des pastels (spécialité du Sénégal au thon et aux épices). Deux sauces viennent agrémenter les bouchées.

Quid du nom, Kaja ? C’est une référence à l’histoire familiale de la marque. La principale source d’inspiration d’Audrey Tshiosha. Kaja est son deuxième prénom et le nom de sa grand-mère maternelle. Pour ses créations, elle s’est inspirée directement des recettes afro-antillaises que lui préparait sa mère.

L’ambition d’être dans plus de deux lieux de distribution en 2021

Le projet d’Audrey Tshiosha comme celui des cinq autres lauréates s’est démarqué en « mêlant engagement, responsabilité environnementale, vision sociétale, originalité et ambition », s’est félicité lors de la remise des prix, Loïc Dupont, président d’Initiative Ile-de-France. Par cette récompense, la jeune femme devient elle-même « ambassadrice » de ces femmes franciliennes entrepreneuses.

Depuis juillet, ses premiers produits sont vendus dans deux boutiques franciliennes : En Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne. Grâce à sa victoire à « Créatrices d’avenir » – son troisième trophée pour Kaja –, Audrey Tshiosha va désormais pouvoir acheter des machines pour sa production. Elle va également lancer une campagne marketing avec l’objectif de s’implanter dans davantage de points de distribution.