POur l'état, un seul projet tient la route

Alexandre Sulzer

— 

Dans le dossier du recouvrement de la RN13, l'Etat penche en faveur de la solution préconisée par... le fils du chef de l'Etat. Hier, à l'issue d'un comité de pilotage, le préfet d'Ile-de-France, Daniel Canepa, a indiqué « ne pas croire totalement à la variante de boulevard urbain ». Exit donc le projet porté par le maire (DVD) de Neuilly (Hauts-de-Seine), Jean-Christophe Fromantin. Un succès pour son rival, Jean Sarkozy, conseiller général (UMP), qui défend l'enfouissement complet de cet axe surfréquenté par 160 000 voitures chaque jour. Un chantier qui coûterait entre 700 millions et un milliard d'euros.

S'il se révélait moins cher et moins long à réaliser, le « boulevard urbain » de Jean-Christophe Fromantin - qui consiste à enfouir le trafic de transit et à laisser en surface le trafic local - ne permettrait pas une bonne gestion des flux, ont conclu les services de la préfecture. Le maire de Neuilly, qui a obtenu dans deux semaines une réunion technique sur le trafic, s'inquiète de « protubérances » de 1,80 m à 4 m (des émergences par endroit du tunnel) qui déformeraient la voirie locale. Et insiste : « Il faut donner un sens à l'enfouissement, sans quoi il ne sera pas acceptable politiquement ». Jean Sarkozy préfère, lui, rappeler que le coût du chantier sera à répartir « entre contribuable, privés et usagers ». ■