Héroïne frelatée: 31 hospitalisés, un jeune homme en garde à vue

SANTE Cinq nouveaux cas ont été signalés par les hôpitaux après les 21 de mardi...

Julien Ménielle avec agence

— 

La police anti-drogue italienne a arrêté dimanche à Rome une grand-mère de 73 ans et son petit-fils qui tentaient d'écouler dans leur quartier quatre kilos d'héroine pour une valeur d'environ un million d'euros, rapporte lundi l'agence Ansa.
La police anti-drogue italienne a arrêté dimanche à Rome une grand-mère de 73 ans et son petit-fils qui tentaient d'écouler dans leur quartier quatre kilos d'héroine pour une valeur d'environ un million d'euros, rapporte lundi l'agence Ansa. — AFP/Douanes/Archives

Un jeune homme, mineur, a été placé en garde à vue mercredi dans le cadre de l'enquête sur de l'héroïne frelatée. Selon un dernier bilan, 31 toxicomanes ont été victimes de malaises (allant jusqu'au coma) depuis mardi: 24 en Seine-Saint-Denis et 7 dans le Val-d'Oise. 

Les victimes sont hospitalisées, en grande majorité dans des services de réanimation. Dans le coma pour la plupart, leurs jours ne seraient pas en danger, et aucun décès n'est à déplorer.

Un cocktail de Xanax et d'héroïne

Les premiers cas avaient été découverts à la cité des Poètes à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), puis à Stains, Saint-Denis et dans un secteur proche du Val-d'Oise. Au fil de la journée, les 21 premiers toxicomanes avaient été retrouvés dans la rue ou leur voiture, victimes de malaises. «Il s'agit en majorité d'usagers habitués, âgés d'une quarantaine d'années», explique à 20minutes.fr une porte-parole de la Direction générale de la santé. Mais depuis, les hôpitaux ont signalé cinq nouveaux cas. Selon les premières analyses toxicologiques, ces personnes pourraient avoir pris un mélange de drogue, comprenant entre autres «de l'héroïne et du Xanax», un anxiolytique de la famille des benzodiazépines.

La police a été déployée à Pierrefitte-sur-Seine pour «empêcher les ventes», selon des sources judiciaire, policière et préfectorale. Environ 150 policiers, dont des effectifs de la compagnie de sécurisation et de la police judiciaire, ont «investi» à 15 heures le quartier des Poètes où les toxicomanes s'étaient vraisemblablement approvisionnés mardi, a indiqué le chef de la sécurité publique Jean-François Herdhuin en marge d'un point presse à la préfecture de Bobigny consacré au bilan de la délinquance en 2008. «La police est chargée d'empêcher les ventes et d'agir en répression. Elle restera jusqu'à la nuit tombée», a précisé la préfecture.

Les plus jeunes pourraient moins bien résister

La Direction générale de la santé (DGS) avait évoqué mardi soir l'hypothèse «d'une héroïne fortement dosée ou contenant un produit particulièrement toxique» et «alerté les services d'urgence, les structures de prise en charge et les associations concernées sur la dangerosité accrue d'une héroïne actuellement en circulation». La porte-parole contactée par 20minutes.fr craint en effet que des usagers plus jeunes «résistent moins bien» que leurs aînés.

L'héroïne se trouvait, de source judiciaire, «a priori en dosage habituel» , mais le cocktail avec le Xanax aurait été fatal. La combinaison aurait agi en «double effet» et «fait basculer dans le coma» les usagers.