Montmartre, le 1er novembre 2020
Montmartre, le 1er novembre 2020 — Jacques Witt/SIPA

SOCIETE

Confinement à Paris : Y a-t-il un fantasme des fêtes clandestines ?

Le week-end dernier, quelques soirées dites « clandestines » ont eu lieu à Paris. Le phénomène n’en reste pas moins très marginal lors de ce nouveau confinement

  • Le week-end dernier, les forces de l’ordre sont intervenues dans l’arrière-cour d’un restaurant située dans le 17e arrondissement où se tenait une fête privée.
  • L’histoire a été reprise par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.
  • Le phénomène des soirées dites clandestines est actuellement « très marginal », selon la préfecture de police, sollicitée par 20 Minutes.

C’était le week-end dernier à Paris, quelques jours après le début du confinement saison 2. Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées aux abords d’un tunnel de la petite ceinture dans le 15e arrondissement, non loin de la rue des Périchaux, pour une « rave party ». Sound system et cartouches de protoxyde d'azote dans les poches de certains, ils ont fait la fête jusqu’au petit matin avant l’intervention de la police. Quinze personnes ont été verbalisées et les deux organisateurs interpellés.

Dans le même week-end, les forces de l’ordre sont également intervenues dans l’arrière-cour d’un restaurant située dans le 17e arrondissement où se tenait une fête privée rassemblant une centaine de personnes, a indiqué ce lundi sur RMC-BFMTV le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Quatre-vingt-huit personnes ont été verbalisées, dont le propriétaire de l’immeuble, selon BFM Paris. Par ailleurs, la préfecture de police dit avoir également procédé au contrôle et à la verbalisation de 21 personnes pour introduction dans les carrières et autres catacombes. Autant d’événements qui ont failli motiver la remise en place du couvre-feu dans la capitale ? Un couac.

« On ne voit pas dix rave parties par week-end »

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé sur BFMTV/RMC qu' « au regard de ces situations, nous allons réinstaurer un couvre-feu sur Paris et peut-être l’Ile-de-France ». Mais l’annonce a été démentie quelques minutes plus tard par Matignon, qui assure qu’une telle mesure n’était « absolument pas décidée à ce stade ». « Le préfet de police a évoqué cette mesure au regard de certaines situations observées en soirée à Paris », comme des regroupements devant des restaurants faisant de la livraison, mais elle n’est « pas décidée à ce stade », a assuré Matignon. Et en réalité le phénomène des soirées dites clandestines « n’existe pas vraiment ou c’est très très marginal », indique la préfecture de police, sollicitée par 20 Minutes.

« Ce sont des lieux isolés, des cas isolés, poursuit la PP. En tout cas, on ne voit pas dix rave parties par week-end. » Si au printemps-été, la région parisienne était devenue le temple de la free-party, et que les astuces et filouteries pour danser en douce ont foisonné à la rentrée dans la capitale, l’heure n’est plus à la fête avec ce nouveau confinement et une météo moins clémente. Les boîtes de nuit sont fermées depuis mars, les bars et les restaurants ont tiré le rideau de fer. Et les contrôles sont nombreux.

« Nous ne sommes pas inquiets »

Le tunnel du 15e pourrait-il toutefois revoir l’organisation d’une rave party ? Philippe Goujon, maire (LR) du 15e n’est en tout cas pas inquiet. « Oui, la configuration du lieu est propice a des rassemblements plus ou moins occultes avec des gens qui viennent y faire la fête. Ça arrive régulièrement et c’était déjà le cas avant et d’ailleurs ça peut gêner les riverains. Mais actuellement nous ne sommes pas inquiets, nous n’avons pas de signalements, ni trop de remontées », affirme-t-il auprès de 20 Minutes.

Si le couvre-feu dans la capitale n’est pour le moment plus d’actualité, il reste néanmoins sur un coin de table. Emmanuel Macron a réuni ce mercredi matin un Conseil de défense pour discuter de possibles nouvelles mesures face à l’épidémie de Covid-19 qui galope toujours, après une série de couacs autour du reconfinement. Y aura-t-il un tour de vis et la mise en place officielle de ce couvre-feu afin d’éviter les dîners en famille et les fêtes clandestines ? Gabriel Attal n’a fait aucune annonce, renvoyant à la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement ​qui se tient ce jeudi.