Confinement : Un jeu de société pour s’évader dans les Yvelines

JEUX Le jeu de société « Circino, le chasseur de trésors - destination Yvelines » vient de sortir

R.L.
— 
Inauguration du jeu dans les Yvelines
Inauguration du jeu dans les Yvelines — E.Basset – Département des Yvelines
  • Ce jeu de plateau permet de découvrir le patrimoine historique, culturel ou encore sportif du département. Trente-six communes yvelinoises sont mises à l'honneur.
  • « Nous avons beaucoup de commandes sur notre boutique en ligne. On n'arrête pas de faire des colis », se réjouissent les créateurs du jeu. 
  • « On espère que ça va donne envie aux gens de visiter le patrimoine des Yvelines », explique Julie Raibaud, chargée de communication touristique au département et coordinatrice du projet.

Jouer pour s’évader. La société Créacom Games vient de sortir en partenariat avec le département des Yvelines, un jeu de société dénommé « Circino, le chasseur de trésors - destination Yvelines ». Un jeu de plateau qui permet de découvrir le patrimoine historique, culturel ou encore sportif du département. Trente-six communes yvelinoises sont mises à l'honneur, dont Versailles, Saint-Germain-en-Laye, Sartrouville ou encore Carrières-sous-Poissy. Alors que le premier jeu de la gamme avait mis à l’honneur le Puy-de-Dôme, les Yvelines ont désormais leur jeu. Des versions  Essonne, Seine-et-Marne et Bouches-du-Rhône viennent également de sortir, alors que les Français sont cloîtrés chez eux.

« Le but est de faire découvrir en s’amusant le patrimoine local et les sites touristes des Yvelines, et ce au plus grand nombre. Dans le jeu, chaque commune est valorisée, car si on connaît Versailles, d’autres communes méritent le détour. Et on espère que ça va donne envie aux gens de visiter le patrimoine des Yvelines », explique Julie Raibaud, chargée de communication touristique au département et coordinatrice du projet. A la manœuvre de ce jeu, un couple, David Humbert et Wendy Giudice.

« L’idée est que tout le monde puisse jouer »

« La création du jeu partait d’un constat. Alors qu’on habitait à Menton, une belle région, aucun jeu de société ne la mettait en avant », affirme-t-il. Dès lors, le couple planche sur la construction d’un jeu qui aboutira à ce fameux Circino. « Notre plateau ressemble à un Trivial Pursuit, mais ce n’est pas un jeu de culture générale. Pour moi, étaler des connaissances, ce n’est pas un jeu. L’idée est que tout le monde puisse jouer. C’est plus un jeu de l’oie, accessible à tout le monde », poursuit-il.

La société Créacom Games a en effet opté pour un thème intergénérationnel : une chasse aux trésors. Sur le plateau, huit coffres mystérieux renferment les trésors cachés des Yvelines. Les joueurs sélectionnent huit cartes « Objectif » (donc huit communes) et récupèrent huit pastilles « Objectif » correspondant à ces huit cartes. Ils les mélangent faces cachées puis les disposent sur les différents coffres du plateau de jeu. Chaque joueur récupère ensuite deux cartes « Objectif » parmi les huit sélectionnées. Le but du jeu : retrouver les deux pastilles « Objectif » correspondant aux deux cartes « Objectif » et être le premier à les ramener à Circino au centre du plateau. « Tout cela, avec, comme seules armes, le dé et son sens de l'aventure », promet l’entreprise qui doit aussi s’adapter en ces temps de confinement.

« Nous avons beaucoup de commandes sur notre boutique en ligne »

« Pour les points de vente c’est un peu compliqué en ce moment », admet David Humbert. Alors que les grandes surfaces s'organisaient ce mardi pour se conformer à l'interdiction de vendre des « produits non essentiels », décidée par le gouvernement pour rétablir une « équité » avec des petits commerçants contraints de fermer, les jouets et les jeux aussi ont du mal à trouver leur place. Du coup, leur site est internet est de plus en plus fréquenté.

« Nous avons beaucoup de commandes sur notre boutique en ligne. On arrête pas de faire des colis », note-t-il. Mais le jeu en vaut la chandelle. « C’est bien que ça sorte pendant ce confinement pour donner une alternative à ces journées de grisaille », se réjouit de son côté Julie Raibaud.