Confinement à Paris : « Amazon c'est la mort de nos librairies », estime Anne Hidalgo

COMMERCES La maire de Paris Anne Hidalgo a appelé lundi les lecteurs à soutenir leur libraire en ne se ruant pas sur la plateforme américaine de e-commerce

R.L.

— 

Anne Hidalgo le 29 octobre 2020
Anne Hidalgo le 29 octobre 2020 — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

En pointe dans la défense des commerces de proximité et plus précisément des libraires depuis le début du confinement, la maire de Paris, Anne Hidalgo lance une charge contre Amazon. « Je le dis vraiment aux Parisiennes et aux Parisiens : n’achetez pas sur Amazon. Amazon c’est la mort de nos librairies et de notre vie de quartier », a déclaré la maire à la presse.

Anne Hidalgo venait soutenir, avec l’écrivain Sylvain Tesson, une initiative de libraires appelée «Rallumez les feux de nos librairies» pour appeler à la réouverture de ce commerce qui doit rester fermer en raison des restrictions à la vente des biens « non essentiels ».

« Paris est une ville où le livre a bien sûr toute sa place »

« Paris est une ville où le livre a bien sûr toute sa place comme bien essentiel », a rétorqué la maire. « Achetez chez votre libraire : vous pouvez commander et récupérer votre livre ». « Les Parisiens […] considèrent vraiment leur librairie comme commerce de proximité, essentiel. Je suis là pour soutenir cette idée, appeler bien sûr à ce que les librairies rouvrent, le plus vite possible », a-t-elle ajouté.

Sylvain Tesson, l’auteur de Dans les forêts de Sibérie et La Panthère des neiges, a également dit espérer cette réouverture prochaine. « Je ne veux pas croire qu’un homme qui a été l’élève de Paul Ricoeur laissera cette situation perdurer », a-t-il lancé à l’adresse du président Emmanuel Macron, qui fut assistant du philosophe.

« Le libraire, c’est l’intermédiaire entre l’artiste et le lecteur », selon lui. « Les hommes politiques se gargarisaient beaucoup de l’idée que la France était une nation avec une exception littéraire, et qu’elle était une sorte de fille aînée de la lecture et de la librairie. Tout à coup on s’aperçoit que tout ça n’était que du vent ».