Paris : A quoi vont ressembler les illuminations de Noël avec Louane sur les Champs-Elysées ?

FESTIVITES Les traditionnelles illuminations des Champs-Elysées débuteront le 22 novembre à 19h05 jusqu’au 6 janvier 2021. Mais face au contexte particulier, les organisateurs s’adaptent

R.L.
— 
Les illuminations 2019 des Champs-Elysées.
Les illuminations 2019 des Champs-Elysées. — SADAKA EDMOND/SIPA
  • La chanteuse Louane est la marraine des illuminations 2020 des Champs-Elysées.
  • Face au contexte sanitaire et au confinement, les organisateurs se sont adaptés et proposent un dispositif digital.
  • Le partenariat avec Ferrero qui avait fait polémique l’an dernier est reconduit. « Soyons clairs, sans Ferrero, premier financeur, il n’y a pas d’illuminations », rappelle le Comité des Champs-Elysées.

« Noël ne sera pas normal cette année », a déclaré dimanche dans le JDD, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran. Sorte de lot de consolation au milieu de la petite musique morose qui monte :  les Champs-Elysées seront bel et bien ornés de leurs célèbres illuminations. Pour qui ? Difficile à dire tant les touristes sont absents depuis mars, les commerces fermés et les Parisiens cloîtrés chez eux. Mais le Comité Champs-Elysées, organisateur de l’événement, a dévoilé ce lundi le dispositif qui débutera le 22 novembre à 19h05 jusqu’au 6 janvier 2021, avec en marraine de cette édition 2020, la chanteuse Louane. Car face au confinement et aux menaces sur les fêtes de fin d’année, les organisateurs tiennent à s’adapter.

« Dans le contexte, la préparation des illuminations a été plus compliquée que d’habitude », reconnaît ce lundi lors d’une conférence de presse, Jean-Noël Reinhardt, président du Comité Champs-Élysées, qui n’a jamais souhaité abandonner cet événement qui se tient depuis des années dans la capitale et a réuni l’an dernier 70.000 personnes sur la plus belle avenue du monde.

« Il était impensable d’éteindre les Champs-Elysées »

« Nous n’avons jamais envisagé cette possibilité d’abandon. Nous sommes dans un contexte économique déprimé, un contexte anxiogène. Il nous paraît donc évident de continuer de vivre tel qu’on a toujours vécu sur les Champs, en regardant devant et avec confiance en l’avenir. Il était impensable d’éteindre les Champs-Elysées », commente-t-il. Et de préciser : « Nous ne voulions pas priver les Parisiens de ce moment qui n’est pas seulement l’illumination d’une artère mais le lancement d’une saison festive et commerciale à Paris. »

Finalement, l’événement sera davantage digital. « Les contraintes du confinement font que les rassemblements sont interdits, mais les tournages sont autorisés. Les illuminations donneront donc à lieu à une captation d’images et une inauguration physique des illuminations avec peu de personnes, dont la maire de Paris, Anne Hidalgo et la marraine Louane. »

Enfin, les organisateurs ont tenu à associer les touristes et les Parisiens à l’événement via une animation digitale. Les gens pourront en effet laisser sur un site Internet un message qui apparaîtra le jour de l’inauguration sur les écrans avec les images en direct. « Chaque internaute pourra ainsi allumer les Champs-Elysées. Nous serons tous là. Ce n’est pas parce qu’on est confinés qu’on est isolés », se félicite François Barral, directeur général de Havas Digital Factory, à la manœuvre. Coût total de l’opération : 800.000 euros déboursés par le comité Champs-Elysées, la Ville de Paris et surtout Ferrero.

Le retour du partenariat polémique

L’an dernier, Anne Hidalgo, l’actrice Ludivine Sagnier et Jean-Noël Reinhardt, avaient donné le coup d’envoi de ces illuminations de Noël qui avaient duré un peu plus de six semaines. Un événement en partenariat avec la société italienne Ferrero, fabriquant du Nutella, qui n’avait pas été du goût de tout le monde. Régulièrement accusé de déforestation en Indonésie et en Malaisie pour sa production d’huile de palme, Ferrero, avait notamment été dans le viseur de l’ancien candidat écolo et désormais adjoint d’Anne Hidalgo, David Belliard. « Des illuminations de Noël sous le signe de la déforestation et de l’obésité infantile », avait-il réagi.

Pour la seconde année consécutive, Ferrero est une nouvelle fois partenaire des illuminations de Noël à Paris. « Ferrero revient cette année et c’est le premier financeur. Soyons clairs, sans Ferrero il n’y a pas d’illuminations », réagi Jean-Noël Reinhardt qui se félicite d’un événement qui va permettre de « maintenir du lien social ».

20 secondes de contexte

20 Minutes est partenaire des illuminations des Champs-Elysées pour l'édition 2020.