« Deux policiers roumains invités à nous aider »

— 

Deux policiers roumains ont intégré hier la police urbaine de proximité pour trois mois. Quel est l'objectif ?

Dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne, les représentants des polices de trente capitales ont été reçus à Paris en octobre. A cette occasion, le préfet de police, Michel Gaudin, a proposé au responsable de la police de Bucarest d'accueillir deux policiers roumains pour mieux lutter contre la délinquance des populations des pays de l'Est, et notamment des Roumains, commise à Paris. L'un sera affecté à la police des transports et l'autre travaillera au sein du service d'investigation transversale.

Pourquoi les Roumains en particulier ?

Du 1er janvier au 10 décembre 2008, 1 195 ressortissants roumains ont été interpellés pour des affaires délictuelles, dont 800 concernent des vols. Cela peut être de la mendicité agressive, de la vente à la sauvette ou encore des vols à la tire et des escroqueries. Leur mode opératoire, qui met en avant des mineurs, est préoccupant. Les deux policiers roumains vont pouvoir nous aider à remonter plus facilement jusqu'aux donneurs d'ordres et à comprendre d'où ils viennent.

N'est-ce pas stigmatisant pour cette population ?

C'est une réalité qui concerne toutes les grandes capitales d'Europe de l'Ouest. Il ne s'agit pas d'exclure tous les Roumains de Paris. Les policiers sont aussi là pour nous aider à mieux protéger ces populations, qui vivent en très grande précarité dans des campements ou qui, pour une infime partie, se prostituent. ■Recueilli par Carole Bianchi