galère à Saint-Lazare

Alexandre Sulzer

— 

Après plus de trois semaines de grève sur le réseau ferroviaire Saint-Lazare - utilisé par 500 000 voyageurs par jour -, le mouvement devrait encore se durcir lundi prochain. En effet, le syndicat SUD-Rail a posé un préavis pour ses agents d'aiguillage alors que le mouvement était pour l'instant limité aux conducteurs. Une très mauvaise nouvelle pour les usagers des lignes J et L du Transilien, qui ne devraient voir qu'un train sur deux circuler, selon les prévisions de la direction. Laquelle se dit « surprise » car, à coups de renforts extérieurs, elle était parvenue hier à rétablir le trafic à un niveau normal.

De quoi fâcher Jean-Pierre Farandou, le directeur de Transilien : « SUD-Rail surfe sur la fatigue du personnel d'aiguillage qu'il a lui-même provoquée avec sa grève. » Pour lui, il ne s'agit que d'« intérêts corporatistes » et fait mine de s'interroger : « Quel est l'intérêt pour SUD-Rail de mettre le bazar ? » Avant de laisser entendre que le syndicat aimerait faire de Saint-Lazare « l'un de ses bastions » en vue des élections professionnelles prévues en mars. « Si c'était le cas, il y aurait des grèves dans toute la France », nous répond un délégué syndical qui reconnaît toutefois : « Si ça nous rapporte des voix, on va pas cracher dessus ! » Le bras de fer qui s'annonce n'empêche pas la SNCF de rester optimiste sur la mise en place progressive du cadencement sur l'ensemble des lignes Transilien : « Les autres réseaux concernés [Montparnasse et gare de Lyon] ne se sont pas mis en grève. » Quant au « geste commercial » au profit des usagers, il est repoussé à la fin des mouvements sociaux. ■