Paris : Polémique autour du vote pour la présidence du traitement des déchets

SOCIETE Le vote pour la présidence du Syctom, l’agence métropolitaine du traitement des déchets ménagers, s’est déroulé ce jeudi

R.L.

— 

Des poubelles, jaune et verte, de la Mairie de Paris, le 22 février 2019, à Paris (12e).
Des poubelles, jaune et verte, de la Mairie de Paris, le 22 février 2019, à Paris (12e). — Clément Follain / 20 Minutes
  • Eric Cesari, vice-président (LR) de la métropole du Grand Paris et adjoint au maire de Courbevoie a été élu à la présidence.
  • « 90 électeurs devaient élire le président du syndicat, ce sont 91 bulletins de votes qui ont été dépouillés et 89 personnes qui ont signé la liste d’émargement », déplore la mairie de Paris.
  • La Ville indique qu’elle saisira « les juridictions compétentes afin qu’une réponse soit apportée aux manquements constatés lors des opérations de vote ».

Un vote houleux. Ce jeudi matin s’est déroulé le scrutin pour l'élection à la tête de la Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers. Eric Cesari, vice-président (LR) de la métropole du Grand Paris et adjoint au maire de Courbevoie a été élu à la présidence, face à Colombe Brossel, adjointe à la maire de Paris en charge de la propreté de l’espace public, du tri et de la réduction des déchets, du recyclage et du réemploi.

Le Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers, est l’établissement public chargé de traiter les déchets produits par 6 millions d’habitants de 85 communes (Paris et proche banlieue), soit 10 % de la population française. Mais les socialistes, écologistes et communistes ont quitté la séance avant la fin de la séance et demandent désormais qu’un nouveau scrutin soit organisé.

« 91 bulletins de vote, 90 électeurs »

« 90 électeurs devaient élire le président du syndicat, ce sont 91 bulletins de votes qui ont été dépouillés et 89 personnes qui ont signé la liste d’émargement. Par ailleurs la liste d’électeurs a évolué en plein scrutin. De ce fait, les élus de la majorité parisienne, ainsi que tous les élus de gauches et écologistes représentants les autres collectivités ont quitté la séance et contestent fortement la régularité de ce scrutin, dont la sincérité et l’intégrité sont largement remises en cause », fait savoir la mairie de Paris dans un communiqué.

La Ville indique qu’elle saisira « les juridictions compétentes afin qu’une réponse soit apportée aux manquements constatés lors des opérations de vote ».

« Ce vote est une insulte »

« Ce vote est une insulte aux millions de Franciliens que nous représentons. Les enjeux de transformation écologique, de stratégie Zéro déchet et d’égalité territoriale méritent transparence, clarté et démocratie », note Colombe Brossel. « Nous prenons acte des possibles irrégularités et nous demandons la tenue d’un nouveau vote », affirme Florentin Letissier, adjoint à la maire de Paris en charge de l’économie sociale et solidaire, de l’économie circulaire et de la contribution à la stratégie zéro déchet.

Sollicitée par 20 Minutes, la Syctom n’a pas répondu à nos sollicitations. Mais elle fait savoir dans un communiqué que « dans son discours de candidature, le nouveau président a présenté ses engagements pour cette nouvelle mandature. L’objectif premier est d’agir collectivement pour la fin de l’enfouissement de tous les déchets valorisables. Il s’agira également de porter une vision ambitieuse du service essentiel que constitue la gestion des déchets à un coût abordable pour les collectivités qui en ont la charge ».