Capitale dévaluée

Oihana Gabriel

— 

Selon le réseau Century 21, le prix de l'immobilier amorce un atterrissage progressif et durable. Le quatrième trimestre 2008 a vu les prix chuter, même dans la capitale : - 6 % par rapport au troisième trimestre. Une tendance très récente, puisque sur toute l'année 2008, les prix ont tout de même augmenté de 5 % par rapport à 2007 à Paris, faisant l'exception. « Les arrondissements les plus populaires sont les premiers touchés, mais tous les arrondissements vont être concernés en 2009 », affirme Laurent Vimont, président de Century 21. Dans le 12e arrondissement, les prix ont diminué de 1,27 % en 2008 alors que dans le 1er, ils augmentaient de 12 %. « Les petits prix sont les premiers à baisser car les vendeurs n'ont pas les moyens d'attendre et acceptent des tarifs moindres », explique Laurent Vimont. Le président de Century 21 envisage une poursuite de la décrue des prix parisiens autour de 10 % en 2009. Avec pour corollaire un retour des investisseurs qui achètent des logements pour les louer. « Devant les incertitudes boursières, ces personnes trouvent dans l'immobilier une valeur refuge », analyse-t-il.

Si la capitale voit ses prix décliner doucement, les Yvelines (78) ont connu une chute des prix de 18 % au quatrième trimestre 2008. Une décrue brutale qui s'explique par la forte hausse durant cinq ans des tarifs immobiliers. « Au troisième trimestre, les ventes avaient chuté de 40 %, mais les Yvelines sont le premier département où les ventes sont reparties en fin d'année, justement à cause du réajustement des prix », souligne Laurent Vimont. ■