Seine-Saint-Denis : Quatre mille écoliers absents, classes fermées… Des parents d’élèves dénoncent une « rentrée chaotique »

EDUCATION Des parents d’élèves de la Seine-Saint-Denis sont mobilisés depuis la rentrée. En tout, 21 classes ont été fermées par les autorités académiques du département

R.L.

— 

Une école lors de la rentrée scolaire 2020.
Une école lors de la rentrée scolaire 2020. — UGO AMEZ/SIPA
  • Près de 4.000 élèves – dont 500 pour la ville de Saint-Denis – sur plus de 200.000 enfants, n’ont pas retrouvé le chemin de l’école en Seine-Saint-Denis.
  • Vingt et une classes ont été fermées par les autorités académiques du département.
  • « Nous sommes consternés. C’est une rentrée chaotique », déplore Alixe Rivière, coprésidente de la fédération de parents d’élèves FCPE 93 sollicité par 20 Minutes.

« On ne va pas lâcher », s’exclame Claire qui a vu la classe de moyenne section de sa fille être fermée quelques jours après la rentrée scolaire. L’établissement en question, l’école Louise-Michel de Montreuil (Seine-Saint-Denis), est même loin d’être isolée. En tout, 21 classes de maternelles et primaires ont été fermées par les autorités académiques du département, lors de cette rentrée, dont un quart dans la seule ville de Montreuil. « Les enfants sont dispatchés dans d’autres classes mais on arrive très vite à des effectifs de 28 par classe.  Dans le contexte actuel particulier, ce n’est pas possible », déplore-t-elle. Alors, les parents s’organisent.

« Nous avons occupé le bureau du directeur de l’école ce matin, nous étions plus d’une vingtaine de parents pour faire annuler la fermeture de cette classe. Et nous allons continuer les actions », assure-t-elle, auprès de 20 Minutes. D’autres parents se sont également mobilisés ce lundi dans une école de Pantin où a été décidée la fermeture d’une classe à double niveau CM1/CM2. De son côté, la FCPE 93 monte au créneau.

Où sont les 4.000 enfants qui ne sont pas retournés à l’école ?

« Nous sommes consternés. C’est une rentrée chaotique. Il y a une logique comptable sans aucune finesse et sans aucun respect du travail des équipes pédagogiques et des parents », déplore Alixe Rivière, coprésidente de la fédération de parents d’élèves FCPE 93, sollicitée par 20 Minutes. « Ils ont considéré que c’est une rentrée normale, ils ont donc appliqué la procédure normale », ajoute-t-elle. Soit, selon la FCPE, la fermeture de classes à la suite de l’absence de nombreux enfants lors de cette rentrée. Un chiffre jamais vu auparavant.

Selon les chiffres du rectorat de Créteil, aux alentours de 4.000 élèves – dont 500 pour la ville de Saint-Denis – sur plus de 200.000 enfants, n’ont pas retrouvé le chemin de l’école. C’est cinq fois plus que lors de précédentes rentrées. Déménagement ? Décrochage ? Peur du Covid-19 ? « Ils ne les trouvent pas. On ne sait pas où ils sont », déplore Alixe Rivière. La FCPE s’inquiète en effet fortement de cette absence constatée et non expliquée à ce jour de ces écoliers et indique dans un communiqué qu’il « paraît urgent d’identifier les causes de cette désaffection pour y remédier ».

« Au regard du retour attendu des “élèves disparus” et du besoin de limiter le nombre d’élèves par enseignants tant sur le volet sanitaire que pour les conséquences pédagogiques de la pandémie, la FCPE demande le maintien de toutes les classes dont le rectorat prévoit la fermeture et l’ouverture de toutes celles prévues pour répondre aux situations en tension ».

« Nous avons pris en compte les élèves manquants lorsqu’on a décidé d’ouvrir ou de fermer une classe après la rentrée », assure de son côté la direction académique au Parisien, précisant que leurs services sont pleinement engagés pour retrouver les enfants absents. En attendant, d’autres mobilisations sont prévues ce mardi et une audience est organisée à l’inspection académique. Une délégation de parents doit y être reçue.