Coronavirus en Ile-de-France : La Région déploie des camions de dépistage itinérants

SANTE La présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse souhaite que la population francilienne se fasse davantage tester et pour ce faire, elle met en place des camions itinérants

Romain Lescurieux

— 

Une unité MobilTest Covid de la Région Ile-de-France.
Une unité MobilTest Covid de la Région Ile-de-France. — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • Au total, depuis le début de la crise, la Région a mis à disposition 59.000 tests gratuits et veut désormais « passer à la vitesse supérieure ».
  • A partir de ce mercredi et jusqu’à la fin du mois de septembre, deux camions déployés et financés par la Région seront en itinérance pour dépister les Franciliens.
  • Les deux unités mobiles de diagnostic et de dépistage peuvent réaliser chacune 200 tests par jour.

Ils sont prêts à sillonner l’Ile-de-France. A partir de ce mercredi et jusqu’à la fin du mois de septembre, deux camions déployés et financés par la Région sont en itinérance pour dépister les Franciliens. Baptisés MobilTest Covid, ces unités mobiles sont partis de Saint-Ouen hier où ils étaient stationnés près de la mairie, pour rejoindre ce vendredi Chelle (Seine-et-Marne) et Saint-Maurice (Val-de-Marne), pour continuer leur route ce samedi à Grigny (Essonne) et Croissy-sur-Seine (Yvelines).

Pour faire face à la progression de l’épidémie de coronavirus, et particulièrement en Ile-de-France, la Région a en effet décidé de mettre en place « une stratégie de dépistage tous azimuts », a déclaré la présidente de l’Ile-de-France, Valérie Pécresse, ce mercredi lors d’un point presse. « Comme le rappelle en permanence l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), une politique massive de dépistage est une des clés pour casser les chaînes de contamination, contenir la circulation du virus et ainsi permettre aux Franciliens de reprendre leurs activités en toute sécurité », a affirmé la présidente, intimant dans le même temps les salariés à « revenir majoritairement sur leur lieu de travail ».

200 tests par jour

Alors que les files d’attentes pour se faire dépister grossissent devant les laboratoires parisiens et franciliens, la Région veut apporter son aide comme l’a fait en début de semaine la mairie de Paris qui a déployé trois laboratoires fixes ainsi que deux laboratoires itinérants qui se déplacent dans tous les arrondissements. Comme pour ceux de la ville, les tests de la Région sont gratuits et s’effectuent sans rendez-vous. « Nous voulons rendre ces tests accessibles au plus grand nombre de Franciliens, et surtout réduire le temps d’attente pour se faire dépister en augmentant l’offre gratuite », précise Valérie Pécresse.

Deux types de test sont proposés dans ces camions : Des tests virologiques de type RT-PCR qui permettent de déterminer si une personne a été contaminée par le virus et est donc contagieuse. Et des tests sérologiques rapides qui permettent de détecter la présence d’anticorps caractéristiques de la maladie. Les deux unités mobiles de diagnostic et de dépistage peuvent réaliser chacune 200 tests par jour. Soit l’équivalent de la capacité d’un laboratoire parisien. Les résultats seront, communiqués aux personnes en moins de 24 heures, promet-on à la Région.

« Les données recueillies par les professionnels de santé sont strictement confidentielles et ne sont en aucun cas communiquées à la Région. Elles seront en revanche versées dans la base nationale de Santé Publique France qui permet de suivre l’évolution du virus », note Valérie Pécresse qui promet enfin un soutien financier aux communes qui veulent organiser elles-mêmes des tests de dépistage.

« Passer à la vitesse supérieure »

Toujours dans cette optique de démultiplier les points de dépistage, la Région s’est engagée à partir du mois d’octobre à financer, à hauteur de 20.000 euros, les communes souhaitant mettre en place des opérations de dépistage sur leur territoire via des barnums, des centres fixes ou mobiles pour « avoir des structures au plus près des habitants ».

Pour le moment, selon la Région, déjà plus de cent villes franciliennes sont candidates pour accueillir les deux unités mobiles déjà parties sur les routes et des camions supplémentaires pourront être financés pour couvrir le plus grand nombre de villes et notamment dans les zones rurales de l’Ile-de-France dès le 10 septembre. Au total, depuis le début de la crise, la Région a mis à disposition 59.000 tests gratuits à destination des personnels soignants et des personnes les plus fragiles dans 137 communes mais souhaite désormais pour l’automne « passer à la vitesse supérieure » pour lutter contre la reprise de l’épidémie à l’heure de la rentrée scolaire.