Affaire Girard : Visé par une enquête pour viol, Christophe Girard se met « en retrait » du Conseil de Paris

SOUPÇONS Dans un article publié par le « New York Times », l’ex-adjoint à la maire de Paris est accusé de viol par un homme âgé de 15 ans au moment des faits

20 Minutes avec AFP

— 

Christophe Girard
Christophe Girard — AFP

Christophe Girard se met en retrait du Conseil de Paris, a-t-il annoncé ce mardi dans un message transmis par son avocate. L’ex-adjoint à la maire de Paris est accusé d’abus sexuels par un témoignage publié dans le New York Times. Des allégations « graves » et « sans fondement », selon lui, qu’il conteste « avec la plus grande fermeté ».

« Par souci de sérénité et du bon fonctionnement de la majorité au sein du Conseil de Paris, j’ai proposé à Anne Hidalgo et à Rémi Féraud, président du groupe Paris en commun, ma mise en retrait le temps de l’enquête préliminaire et pour mieux me défendre », a déclaré Christophe Girard, qui reste élu au Conseil et au conseil municipal du 18e arrondissement.

Une enquête ouverte par le parquet

Son accusateur, Aniss Hmaïd, 46 ans, a affirmé au quotidien américain avoir été entraîné par Christophe Girard dès leur rencontre en Tunisie, quand il avait 15 ans, dans une relation abusive de près de dix ans qui lui a laissé « des blessures psychologiques durables ». Afin d’examiner ces accusations, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « viol », a-t-on appris ce mardi.

« Christophe Girard conteste ces dénonciations et ces faits avec la plus grande fermeté », a indiqué dans un communiqué transmis à l’AFP son avocate Delphine Meillet, affirmant qu’elle engagera des poursuites pour « dénonciation calomnieuse » contre cet article. « Les faits dénoncés étant prescrits, la parole de l’accusateur, contre la parole de l’accusé, est laissée à l’appréciation du tribunal de l’opinion, où trop souvent une présomption de culpabilité en matière d’infractions sexuelles a pris le pas sur la présomption d’innocence », a ajouté l’avocate.

Fin juillet, Christophe Girard avait démissionné de ses fonctions d’adjoint à la Culture de la mairie de Paris, après la découverte de trois notes de frais engagées pour des repas avec l’écrivain accusé de pédophilie Gabriel Matzneff.