Coronavirus à Paris : Anne Hidalgo demande le port du masque obligatoire dans certaines zones

EPIDEMIE La maire de Paris, Anne Hidalgo, demande le masque obligatoire dans certains espaces publics comme les marchés ou les quais

R.L.

— 

La maire de Paris Anne Hidalgo avec un masque sur le visage. Elle estime que le port du masque est «absolument indispensable» dans les rues de Paris. (illustration)
La maire de Paris Anne Hidalgo avec un masque sur le visage. Elle estime que le port du masque est «absolument indispensable» dans les rues de Paris. (illustration) — AFP

Paris ne devrait pas rester sur la touche. Après Lille, Tours, Biarritz, Toulouse ou encore Nice, le masque pourrait devenir rapidement obligatoire en extérieur dans la capitale. Selon les informations du Monde, la maire de Paris, Anne Hidalgo favorable à la mesure, a transmis cette demande au préfet de police Didier Lallement, compétent en la matière.

Face à la crainte d’une reprise de l’épidémie, les autorités ont multiplié les mesures ces dernières semaines. Et après l'obligation du masque dans les lieux clos, dont les commerces, le 20 juillet, le gouvernement permet depuis le 31 juillet aux préfets de l’imposer également à l’extérieur dans les endroits où ils le jugent nécessaire. « Nous allons donc demander à ce qu’il devienne obligatoire dans les lieux extérieurs où il y a beaucoup de monde et où respecter la distance d’un mètre entre chacun est difficile », estime auprès du quotidien, Anne Souyris, l’adjointe à la maire de Paris chargée de la santé.

Rues commerçantes, les quais de Seine, les parcs et jardins

Si la liste des endroits concernés n’est pas actée, les Parisiennes, Parisiens et touristes pourraient vraisemblablement être obligés prochainement de porter le masque dans les rues commerçantes, les quais de Seine, les parcs et jardins, ou encore les marchés découverts et « éventuellement les alentours des gares », a indiqué ce mardi la mairie.

Un dispositif nécessaire, juge-t-on à l’Hôtel de ville. « Nous incitions déjà les Parisiens à utiliser le masque le plus possible, mais ce n’était pas très suivi », reconnaît auprès du Monde, Anne Souyris qui précise que dans les rues, « 90 % des gens n’en ont pas ». « Nous avons appelé le préfet Didier Lallement pour voir avec lui sur quelles zones on allait pouvoir se mettre d’accord », a précisé à l’AFP l’élue écologiste.

Interrogée par l'AFP, « la préfecture de police confirme que des échanges ont lieu entre ses services et ceux de la ville de Paris pour étudier les mesures à mettre en place». L'obligation du port du masque dans certains secteurs de la ville pourrait survenir «dans les prochaines 48 ou 72 heures», a ajouté l'élue.

« Nous sommes au début d’une deuxième vague »

« Après avoir baissé jusqu’en juin, tous les indicateurs montrent désormais une remontée du Covid-19 à Paris et dans sa région », poursuit-elle. Et de préciser : « C’est désolant, mais nous sommes au début d’une deuxième vague. »

« L’équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment » vers une reprise incontrôlée de l’épidémie de Covid-19 en France, a averti ce mardi le Conseil scientifique qui guide le gouvernement, en insistant sur l’importance des mesures barrières. « L’avenir de l’épidémie à court terme est en grande partie entre les mains des citoyens », prévient l’instance dans un nouvel avis. Au-delà de la situation cet été, le Conseil scientifique juge toujours « hautement probable qu’une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou l’hiver. »