Bartolone à la rescousse des mineurs isolés

- ©2008 20 minutes

— 

« Les responsabilités doivent être prises par tous. » Claude Bartolone, président (PS) du conseil général de Seine-Saint-Denis, a tiré hier à boulets rouges sur le gouvernement : son département ne peut s'occuper seul du problème des mineurs étrangers isolés. Ce coup de gueule fait suite à la menace de l'Etat en novembre de remettre en cause le financement du lieu d'accueil et d'orientation (LAO) de Taverny ( Val-d'Oise). Ce centre reçoit les mineurs immigrés arrivés à Roissy, un aéroport qui dépend territorialement de la Seine-Saint-Denis. Si l'Etat refuse de subventionner le LAO, la Croix-Rouge, qui gère ce centre, pourrait se tourner vers le conseil général du 93. Lequel devrait alors débourser 1,5 million d'euros par an et combler le déficit de 1,2 million pour le LAO.

Autre possibilité : la fermeture du centre. Dans ce cas, le département devra s'occuper d'une centaine de mineurs isolés en plus. « On ne va pas pouvoir faire face. Roissy est une plate-forme nationale, le département n'a pas à gérer seul les inconvénients, résume Claude Bartolone. L'Etat veut se désengager au moment où le nombre de ces mineurs isolés explose. » Très remonté et très soutenu par les éducateurs présents, Claude Bartolone, qui affirme avoir envoyé une lettre aux ministères du Logement et de l'Immigration, espère se faire entendre.

Oihana Gabriel