Coronavirus : Le taux de positivité aux tests remonte légèrement en Ile-de-France

EPIDEMIE Selon les chiffres de l'Agence Régionale de Santé (ARS) le taux d'incidence dans la région Ile-de-France est désormais de 10,5 nouveaux cas de coronavirus détectés pour 100.000 habitants

R.L.

— 

Un test sérologique permet de savoir si l'on a contracté le coronavirus et si l'on est immunisé contre la maladie.
Un test sérologique permet de savoir si l'on a contracté le coronavirus et si l'on est immunisé contre la maladie. — CATHERINE KOHLER/SIPA
  • Le taux d’incidence dans la région Ile-de-France est désormais de 10,5 nouveaux cas de coronavirus détectés pour 100.000 habitants, selon l'ARS. 
  • Le département de la Mayenne de son côté est toujours placé ce vendredi, en «vulnérabilité élevée», le seul en France métropolitaine. 

L’épidémie regagne-t-elle du terrain ? L’ARS (Agence régionale de Santé) a publié ce jeudi ses derniers chiffres concernant le Covid-19 en Ile-de-France et le taux d’incidence dans la région est désormais de 10,5 nouveaux cas de coronavirus détectés pour 100.000 habitants. Ce qui place l’Ile-de-France légèrement au-dessus du seuil de vigilance fixé à 10. Le seuil d'alerte établit à 50 en est toutefois encore très loin.

Le taux de positivité remonte légèrement

Par ailleurs, toujours selon les chiffres de l’ARS, le taux de positivité des tests remonte également légèrement. Longtemps à 1,2 %, il a commencé à augmenter en fin de semaine dernière s’établissant désormais à 1,6 %. Une chose est sûre, le virus circule toujours.

Alors que le virus n’était plus détectable depuis la mi-mai dans plusieurs stations d’épuration d’Ile-de-France, les derniers prélèvements dans les eaux usées présentent « des signaux positifs, quoique très faibles, de présence du génome de SARS-CoV-2 dans certains points de suivi localisés », annonçaient mercredi Eau de Paris et les équipes du réseau Obépine (Observatoire Epidémiologie dans les Eaux usées). « Nous avons observé que des échantillons qui étaient négatifs sont redevenus positifs à certains endroits. Mais revoir le virus circuler n’est pas quelque chose d’étonnant », expliquait Laurent Moulin, docteur en microbiologie et responsable du laboratoire R & D biologie d’Eau de Paris.

Le département de la Mayenne de son côté est toujours placé en « vulnérabilité élevée » ce vendredi, le seul en France métropolitaine, et les indicateurs invitent « à la prudence », a prévenu l’Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire.