Ile-de-France : Des personnes gravement malades aidées pour acheter un premier bien immobilier

LOGEMENT Parmi les maladies concernées figurent par exemple l’infection par le VIH, les formes graves du cancer du sein et de la prostate, les leucémies, les hépatites virales chroniques ou la mucoviscidose

20 Minutes avec AFP

— 

Un panneau "A vendre" à Paris (image d'illustration).
Un panneau "A vendre" à Paris (image d'illustration). — JACQUES DEMARTHON / AFP
  • L’Ile-de-France va aider certains de ses habitants, gravement malades ou l’ayant été, à emprunter pour acheter un premier bien immobilier.
  • Annoncée à la fin de l’année dernière, la mise en œuvre de ce dispositif a été actée ce jeudi.
  • Ce dispositif est prévu jusqu’à fin 2021 mais « a vocation à être pérenne », selon Valérie Pécresse.

Un coup de pouce important. Pour permettre à ses habitants, gravement malades ou l’ayant été, d’emprunter pour acheter un premier bien immobilier, l'Ile-de-France va prendre à sa charge le coût supplémentaire demandé pour assurer leur prêt à cause de leur état de santé.

Annoncée à la fin de l’année dernière, la mise en œuvre de ce dispositif a été actée jeudi par la signature des premières conventions « Garantie Immobilière Solidaire » entre la région Ile-de-France et CNP Assurances, la Banque postale, la Banque Populaire Rives de Paris, la Banque Populaire Val de France et la Caisse d’épargne Ile-de-France.

« Les bénéficiaires du dispositif doivent être primo-accédants »

En vigueur dès le 25 août, cette aide se veut complémentaire à la convention « Aeras » (pour « s’assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé »). Créée en 2007, Aeras est censée faciliter l’obtention d’un prêt ou d’une assurance de prêt pour les personnes connaissant ou ayant connu un grave problème de santé.

Parmi les maladies concernées figurent par exemple l'infection par le VIH, les formes graves du cancer du sein et de la prostate, les leucémies, les hépatites virales chroniques ou la mucoviscidose.

« Les bénéficiaires du dispositif doivent être primo-accédants pour une résidence principale en Ile-de-France et bénéficier par ailleurs du dispositif "d’écrêtement" prévu par la convention Aeras », est-il précisé dans un communiqué.

En clair, les bénéficiaires du dispositif régional devront être également éligibles au mécanisme de limitation des majorations de tarifs prévu par Aeras. Celui-ci est ouvert sous conditions de ressources et pour un prêt inférieur à 320.000 euros dont l’assurance arrive à échéance avant le 71e anniversaire du souscripteur.

3,7 millions d’euros

Le système Aeras « ne fonctionne pas bien » car il est « trop peu connu du grand public » et « ne compense qu’une partie » de la surprime alors qu’ici il s’agit bien d’effacer toute la surprime, a déclaré Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, lors d’une téléconférence.

Cette part de surprimes non prise en charge par Aeras sera donc absorbée par un fonds régional de garantie de 3,7 millions d’euros. Ce dispositif est prévu jusqu’à fin 2021 mais « a vocation à être pérenne », selon Valérie Pécresse.

« D’autres réseaux bancaires » doivent rejoindre les premiers établissements financiers signataires « à partir de septembre », a-t-elle assuré, estimant que « plusieurs milliers de personnes » seront concernées chaque année par ce mécanisme régional.