Paris : Quel sera le visage de la future gare d’Austerlitz et de ses abords ?

URBANISME Alors que le dossier de la rénovation de la Gare du Nord s’enlise, une enquête publique sur la rénovation de la gare d’Austerlitz (13e arrondissement) et ses abords a été lancée le 29 juin et ce, jusqu’au 31 juillet

R.L.

— 

La future gare d'Austerlitz vue du ciel
La future gare d'Austerlitz vue du ciel — L’autre image/Air image/ Architectes
  • Une enquête publique sur la rénovation de la gare d’Austerlitz et ses abords a été lancée le 29 juin.
  • « L’histoire a rendu le site peu fonctionnel et lisible, peu qualitatif, et inadapté aux évolutions prévisibles d’augmentation des flux de voyageurs », indique la mairie.
  • Ce chantier d’ampleur doit véritablement débuter en 2021 pour s’achever à l’horizon 2025.

« A7A8 ». Ce nom de code ne vous dit rien ? Il pourrait pourtant changer la physionomie de tout un quartier de Paris. « A7A8 », c’est ce futur ensemble immobilier de 91.679 mètres carrés, situé boulevard de l’hôpital à Paris, dans le 13e arrondissement, allant de pair avec la rénovation de la Gare d’Austerlitz. Car si la transformation de sa cousine, la Gare du Nord, est en passe de devenir le point chaud de l’été avec un bras de fer entre la Mairie de Paris et l’État, la gare d’Austerlitz doit, elle aussi, subir un remodelage. Moins musclé ?

Une enquête publique sur la rénovation de cette gare et ses abords a été lancée le 29 juin, jusqu’au 31 juillet. Et ce, à la demande des cinq maîtres d’ouvrage : Kaufman & Broad, Altarea, Indigo, Elogie SIEMP et SNCF Gares & Connexions. « C’est une enquête publique unique préalable à la délivrance du permis de construire (déposé en mai 2019) et de l’autorisation environnementale du projet de modernisation de la gare d’Austerlitz », note-t-on à la préfecture de la région Ile-de-France. Le but : consulter la population et recueillir différents avis. Et pour cause. Selon la Mairie de Paris, ce projet « s’inscrit dans une démarche plus large de recomposition et de reprogrammation du quartier de la gare d’Austerlitz ».

Horizon 2025

« L’histoire a rendu le site peu fonctionnel et lisible, peu qualitatif, et inadapté aux évolutions prévisibles d’augmentation des flux de voyageurs », indique la mairie. Les gares de Paris Austerlitz et Paris Bercy sont les gares parisiennes les moins fréquentées, selon la direction régionale et interdépartementale de l'Équipement et de l'Aménagement (DRIEA). Avec aux alentours de 23 millions de voyageurs par an transitant à Austerlitz, l’objectif est actuellement d’en accueillir le double, ces dix prochaines années. Et dans de meilleures conditions.

Si les travaux de rénovation de la gare ont déjà bel et bien commencé, le chantier est d’ampleur et doit véritablement débuter en 2021 pour s’achever à l’horizon 2025. Le projet prévoit notamment la création d’espaces de circulation publique sous la grande halle voyageurs, la création d’espaces de services et de commerces dans la gare et sur la cour Muséum, la rénovation de l’aile Muséum (toitures, façades, menuiseries), la restauration des façades intérieures et extérieures du pavillon de l’Horloge, du hall Seine, du rez-de-chaussée du bâtiment interstitiel et la toiture du hall Seine. La rénovation de la verrière a par ailleurs déjà débuté. A noter qu’un « pôle mobilité » doit aussi être créé avec de nouveaux services : une dépose-minute et des centaines d’emplacements de vélos. En tout, près de 5.000 mètres carrés de commerces et des espaces « événementiels » seront conçus. Un ensemble pensé en lien avec le projet immobilier.

« Un quartier de gare contemporain »

Juste à côté de cette gare, le long d’une nouvelle cour Muséum, seront donc mis sur pied 91.679 mètres carrés de surfaces immobilières, dont 52.146 mètres carrés de bureaux, 11.563 de logements dont des logements sociaux et étudiants, 6.562 d’hébergement hôtelier, 19.833 de commerces et 5.455 de locaux de service public. Un parking privé et un parking public ainsi qu’une dépose-minute feront également partie des programmes de l’ensemble immobilier A7A8. Pour la mairie, l’idée est de créer « un quartier de gare contemporain ».

« Le projet doit permettre de constituer un quartier de gare contemporain, mixte, ouvert sur la ville, où les fonctions ferroviaires, et les fonctions urbaines redéfinissent ensemble un nouveau lieu d’attractivité », indique l’Hôtel de ville. Coût de l’opération : plus de 900 millions d’euros. Durant l’enquête qui dure jusqu’à fin juillet, le public pourra consulter le dossier et déposer ses observations à la préfecture de la région d’Ile-de-France et sur Internet. Michel Cadot, préfet de la région d’Ile-de-France se prononcera ensuite par arrêté sur la demande de permis de construire afin de lancer, ou non, ce vaste chantier.