Paris : Manifestation de soutien aux forces de l’ordre, à l’appel des « femmes de policiers »

VIOLENCES Quelques dizaines de personnes seulement s’étaient rassemblées

J.-L.D. avec AFP

— 

Des policiers, illustration
Des policiers, illustration — ISA HARSIN/SIPA

Forcément zéro incident avec les forces de l’ordre, mais pas beaucoup de monde. C’est le bilan en demi-teinte de la manifestation en soutien à la police de ce samedi. Quelques dizaines de personnes se sont quand même rassemblées cet après-midi devant la préfecture de  police de Paris à l’appel de l’association des femmes de policiers pour « soutenir la profession face aux accusations de racisme et de violence illégitime généralisée dans ses rangs ».

« On est là pour contrecarrer tout ce qu’on entend en ce moment, "police raciste, police violente" (….) Non ! Tous nos policiers ne sont pas racistes, et ne sont pas violents », a interpellé à la tribune Aurélie Laroussie, présidente du FFOC, l’association Femmes des forces de l’ordre en colère, tout en appelant à condamner ces comportements lorsqu’ils se produisent.

Les réseaux sociaux dans le viseur

« Les réseaux sociaux font très mal, on ne va pas se mentir », a ajouté la présidente de l’association, en référence aux nombreuses vidéos d’interpellations musclées qui circulent désormais presque chaque jour. « On parle beaucoup des violences policières et jamais de la cause, pourquoi nos policiers et nos gendarmes en arrivent là », a plaidé Aurélie Laroussie.

Cette association, qui regroupe sur sa page Facebook plus de 12.000 membres, est composée d’épouses et de compagnes de membres de forces de l’ordre et de sécurité : policiers, gendarmes, policiers municipaux, Sécurité civile, pompiers.

Des « gilets jaunes » veulent s’inviter

Alors que ces professions sont tenues au devoir de réserve et à une interdiction de manifester, leurs familles prennent régulièrement le relais, aux côtés de syndicats policiers, pour dénoncer les conditions d’exercice de leurs proches ou contrer certains discours anti-policiers.

« Nos proches sont agressés, nos enfants de policiers et de militaires doivent aller à l’école en apprenant à ne pas dire ce que font leurs parents, car les actes à l’encontre des policiers et de leurs proches sont de plus en plus violents et inquiétants », fait ainsi valoir de son côté, Delphine Berdet, trésorière de l’association.

Une dizaine de contre-manifestants, « gilets jaunes » ou militants d’extrême gauche ont été empêchés par les forces de l’ordre, présentes en nombre, d’accéder au rassemblement. Après un contrôle d’identité, il leur a été demandé de quitter la zone.