Paris : Clap de fin pour les vélos et trottinettes électriques JUMP dans les rues de la capitale

MOBILITE Dans le cadre d’un accord scellé début mai, l’opérateur Lime a acquis toutes les opérations et le matériel de JUMP

R.L.

— 

Voilà à quoi ressemble les vélos électriques en libre-service de Uber. Ici, Dara Khosrowshahi, PDG d'Uber (à gauche) présente le vélo Jump, le 6 juin 2018 à Berlin, en Allemagne.
Voilà à quoi ressemble les vélos électriques en libre-service de Uber. Ici, Dara Khosrowshahi, PDG d'Uber (à gauche) présente le vélo Jump, le 6 juin 2018 à Berlin, en Allemagne. — Stefan Boness/Ipon/SIPA

Fin de la course pour les vélos rouges JUMP. En avril 2019, Uber déployait dans la capitale ses vélos et trottinettes électriques en libre-service sous la marque « Jump ». Un lancement en grande pompe pour le géant des VTC alors que le marché était à l’époque composé de nombreux concurrents déjà positionnés sur le créneau du « free-floating ».

Un an plus tard, c’est la fin. JUMP vient de retirer sa flotte de 5.000 vélos électriques et 430 trottinettes en libre-service des rues de la capitale, révèle Le Parisien qui note que seules quelques dizaines d’engins apparaissent encore ce lundi dans l’appli Uber. En cause : un accord scellé entre Uber et l 'opérateur Lime.

Le 7 mai, Lime a en effet annoncé qu’Uber « menait un tour d’investissement de 170 millions de dollars ». Et dans le cadre de cet investissement, Lime a acquis toutes les opérations et le matériel de JUMP.

« Lime a acquis les opérations et les véhicules de JUMP »

Contacté par 20 Minutes, une porte-parole d’Uber explique : « Comme annoncé le mois dernier, Lime a acquis les opérations et les véhicules de JUMP. Le partenariat n’est pas encore finalisé en Europe mais nous avons déplacé la majorité de nos vélos et trottinettes dans nos entrepôts en préparation du transfert des opérations à Lime ». Lime devient donc propriétaire de tous les véhicules JUMP dans les villes où il le souhaite. Tout en décidant de leur avenir, du tarif et du design. Concernant Paris, Uber indique que c’est à Lime désormais de décider mais ce dernier pourrait bien reproposer une offre de mobilité.

Fin mai, JUMP a subitement disparu de nombreuses villes, en Europe et aux Etats-Unis, où plusieurs dizaines de milliers de vélos rouges ont été détruits, rappelle Le Parisien. Uber défend toutefois la réapparition de vélos floqués Lime dans certaines zones. « Aux États-Unis et au Canada, la transition a commencé il y a quelques semaines. Lime a déjà commencé à déployer sur ces marchés un grand nombre des vélos et des trottinettes qu’elle a acquis auprès d’Uber ».