Des compagnons experts pour que la classe suive son cours

Carole Bianchi - ©2008 20 minutes

— 

Des profs chevronnés au secours des néotitulaires. Depuis la rentrée, l'académie de Créteil a étendu son dispositif expérimental, jusqu'alors réservé à l'éducation physique et sportive (EPS), aux jeunes professeurs de français et de mathématiques débarquant dans les collèges et lycées du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et de la Seine-et-Marne. Trois départements qui ont encore accueilli cette année 1 908 néotitulaires, soit près de la moitié des profs sortant de l'institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) au niveau national.

« Après une première session où les compagnons sont venus observer les nouveaux dans leurs cours, nous avons constaté qu'un tiers des professeurs ciblés ont des difficultés à gérer leur classe. Seuls 2 à 3 % présentent des problèmes de fond quant à leur enseignement », souligne Valérie Debuchy, chargée de mission sur le compagnonnage au rectorat de Créteil. Elle s'appuie sur le premier bilan dressé pour les 155 néotitulaires d'EPS et les 185 de lettres épaulés cette année. « L'aspect professionnalisant est le maillon manquant à l'IUFM qui assure une bonne formation théorique. Le compagnonnage vient combler cela pour permettre aux professeurs d'être opérationnels le plus rapidement possible. »

« Ils ont surtout besoin de quelques billes pour gagner en confiance, témoigne Ludovic Ponnet, professeur d'EPS au collège Louise-Michel à Faremoutiers (Seine-et-Marne) et compagnon depuis quatre ans. On leur donne des routines de fonctionnement, c'est-à-dire apprendre à ne pas perdre de temps pour l'installation du matériel de sport et à utiliser des outils interactifs pour énoncer les consignes, par exemple. Ils sont très demandeurs », poursuit-il. « Parfois, il suffit de se taire et d'attendre le silence plutôt que de hausser la voix pour débuter un cours », ajoute Valérie Debuchy, précisant que le compagnonnage pourrait devenir obligatoire dès la rentrée prochaine au niveau national dans le cadre de la réforme des IUFM.