Municipales 2020 à Paris : Dati estime que « tout est ouvert » face à Hidalgo

POLITIQUE « La victoire sera au rendez-vous le 28 juin », a-t-elle également déclaré

20 Minutes avec AFP

— 

La candidate LR, Rachida Dati, lors du premier tour des municipales à Paris
La candidate LR, Rachida Dati, lors du premier tour des municipales à Paris — Gonzalo Fuentes/AP/SIPA

«Tout est ouvert» a estimé mercredi la candidate LR à la mairie de Paris Rachida Dati, en appelant à la «mobilisation» pour ne pas «se faire voler cette élection».

«La victoire sera au rendez-vous le 28 juin». «Je suis déterminée à gagner Paris dans tous les arrondissements», a affirmé lors d'une conférence de presse Rachida Dati, arrivée deuxième avec 22,7% des voix derrière Anne Hidalgo (29,3%) au premier tour.

«Le seul vote utile ce sont nos listes»

Se félicitant de ce score obtenu «malgré un fort taux d'abstention de notre électorat», notamment chez des personnes vulnérables «qu'on a empêché de voter», elle estime que «la première stratégie est de mobiliser les Parisiens» avec par exemple un recours aux procurations.

«Le seul vote utile ce sont nos listes», a ajouté la candidate qui a réussi à unir la droite dans les 15e et 5e arrondissement, mais qui affrontera une alliance Hidalgo-Verts arithmétiquement solide dans nombre de secteurs.

«Tout est ouvert» et «le rapport de forces défavorable est pour Anne hidalgo» dont «70% des Parisiens ne veulent pas», a ajouté la maire du 7e arrondissement, qui s'est présentée comme «la plus déterminée, la mieux placée avec une vraie ambition».

Le «mépris» et «l'arrogance» de l'équipe en place

Fustigeant le «mépris» et «l'arrogance» de l'équipe en place, elle a défendu les «valeurs de solidarité, du travail, de sécurité, de liberté» en déroulant «dix grandes mesures, cinq d'urgence et cinq pour changer Paris profondément».

Rachida Dati a notamment promis d'adopter «un plan de relance économique» pour les entreprises «qui risquent de fermer» après la crise sanitaire, et de «reprendre en mains la gestion financière de la ville pour retrouver et dégager des marges de manoeuvre».

Pour que les rues «ne soient pas de nouveau livrées au chaos et au vacarme», elle a promis un «schéma de mobilité à l'échelle du grand Paris» avec une offre de transport «totalement électrique», et un «vaste plan de lutte contre »la pollution sonore"

La crise sanitaire «doit nous interroger sur le rapport aux plus fragiles», a-t-elle affirmé, en s'engageant à réserver une part des logements sociaux aux classes moyennes et à faire de l'accompagnement des personnes vulnérables «la grande cause» de sa mandature.

La candidate LR a également repris sa proposition de police municipale armée, et a promis de «mettre fin à la logique de densification urbaine» face à Anne Hidalgo qui «a toujours fait le choix du béton».