Coronavirus à Paris : Les zones commerçantes encore désertées malgré le déconfinement

ETUDE La start-up MyTraffic a étudié la fréquentation des zones commerçantes des grandes villes françaises pendant la première semaine de déconfinement, et à Paris, le client se fait rare

G. N.

— 

Le centre commercial Beaugrenelle dans le 15e arrondissement de Paris.
Le centre commercial Beaugrenelle dans le 15e arrondissement de Paris. — ISA HARSIN/SIPA

Des chiffres inquiétants pour le monde de la boutique. A Paris, lors de la première semaine de déconfinement, la fréquentation des commerces représentait la moitié (53 %) de ce qu’elle était au début de l’année, selon une étude menée par la start-up MyTraffic* à partir des données de géolocalisations. En Ile-de-France, elle s’établissait à 52 % pour la même période quand elle montait à 63 % pour la Corse, région moins touchée par le coronavirus.

Quand on entre dans le détail de la fréquentation commerciale parisienne, MyTraffic relève que « les artères touristiques, comme le Boulevard Haussmann et ses Grands Magasins encore fermés, ou encore l’Avenue Montaigne, sont les plus pénalisées par le contexte actuel ».

La fréquentation commerciale des rues parisiennes du 11 au 17 mai 2020.
La fréquentation commerciale des rues parisiennes du 11 au 17 mai 2020. - MyTraffic

Les seules zones qui parviennent à limiter la casse sont celles qui se développent autour d’une rue de quartier comme la rue de Passy ou la rue de Sèvres. Mais globalement, il n’y a pas eu de fièvre consumériste à l’ouverture des magasins à Paris. Il faudra sans doute attendre que l’épidémie s’éloigne vraiment pour éventuellement y assister.

*Dans son communiqué de presse, MyTraffic indique utiliser pour son étude « des données de géolocalisation de smartphones, collectées par des applications lorsque l’utilisateur a donné son accord, et utilisées par Mytraffic sous une forme statistique, anonymisée et agrégée. Les données produites permettent, à partir d’algorithmes, complétés par des mesures de fréquentation sur le terrain, de déduire des courbes de fréquentation. »