Coronavirus à Paris : Le port du masque dans la rue est « absolument indispensable », selon Anne Hidalgo

PROTECTION La maire de Paris, Anne Hidalgo, annonce que la ville va « donner un masque à chaque Parisien, gratuitement ». Les premiers bénéficiaires seront les personnes de plus de 70 ans

F.H. avec AFP

— 

La maire de Paris Anne Hidalgo avec un masque sur le visage. Elle estime que le port du masque est «absolument indispensable» dans les rues de Paris. (illustration)
La maire de Paris Anne Hidalgo avec un masque sur le visage. Elle estime que le port du masque est «absolument indispensable» dans les rues de Paris. (illustration) — AFP

Après le masque obligatoire dans les transports en commun, le masque obligatoire dans les rues de Paris ? Dans une interview donnée à l’AFP par Anne Hidalgo, la maire de la capitale estime que « le port du masque dans l’espace public, dans la rue est extrêmement salutaire. C’est un outil de protection, absolument indispensable. J’invite les Parisiens à en porter parce qu’avec un masque, on se protège et on protège les autres. »

L’édile annonce que la ville va « donner un masque à chaque Parisien, gratuitement ». Elle poursuit : « Nous avons commandé deux millions de masques en tissu lavable, qui correspondent aux normes sanitaires. Ils arrivent progressivement. Un premier lot de masques jetables sera livré en milieu de semaine prochaine. » Les premiers bénéficiaires seront les personnes âgées de plus de 70 ans. Ce sont les mairies d’arrondissement qui seront chargées de leur donner.

Hidalgo refuse « que Paris soit envahi de voitures »

La maire de Paris « appliquera des règles sanitaires extrêmement strictes » pour la réouverture des écoles le 11 mai. « Le scénario [du gouvernement] qui prévoit 15 élèves par classe, va être compliqué dans beaucoup d’écoles à Paris. Nous travaillons à des jauges inférieures pour assurer une sécurité maximale des enfants et personnels. […] En attendant le 11 mai, nous nettoyons toutes les écoles et les crèches. »

Concernant les transports, Anne Hidalgo refuse « que Paris soit envahi de voitures, synonymes de pollution. La pollution conjuguée au Covid-19 est extrêmement dangereuse ». La maire annonce l’aménagement « de nouveaux parkings relais aux portes de Paris reliés au réseau cyclable ». Elle « souhaite doubler les lignes 1, 4 et 13 en surface par des pistes cyclables » et annonce « un maillage de vélo encore plus large ». Ainsi rue de Rivoli, un axe serait réservé aux vélos, un autre « aux bus, taxis, véhicules d’urgence et véhicules des artisans », mais les voitures ne pourront plus l’emprunter.