Coronavirus à Paris : La bicyclette, reine du déconfinement à venir ?

A BICYCLETTEUHH Depuis quelques jours a émergée dans l'espace publique l'idée d'installer des pistes cyclables provisoires pendant le déconfinement pour éviter les risques sanitaires que représente l'engorgement des transports en commun

Guillaume Novello

— 

Le vélo va-t-il régner en maître dans les rues de Paris pendant le déconfinement?
Le vélo va-t-il régner en maître dans les rues de Paris pendant le déconfinement? — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA
  • Utiliser son vélo pour respecter la distanciation sociale, la voilà la belle idée ! Encore faut-il que les aménagements urbains suivent.
  • C’est pourquoi la mairie de Paris, entre autres, réfléchit à la possibilité d’installer des pistes cyclables provisoires pendant la durée du déconfinement.
  • Tout en se gardant la possibilité de pérenniser le dispositif. Les voitures disparues pendant le confinement risquent donc de retrouver leur place à moitié occupée.

Le confinement n’empêche pas de penser le déconfinement. Et sur le sujet des mobilités en Ile-de-France, ça vire carrément au casse-tête. « Ce qu’il faut voir, c’est que les transports, c’est un goulet d’étranglement très important » pour la sortie du confinement s'est inquiétée ce mercredi sur France Inter, Valérie Pécresse, la présidente de la région. Parce que respecter les distances sanitaires de sécurité dans un wagon bondé du RER A, c’est digne d’un Rubik’s Kub à l’aveugle.

Fort heureusement, il existe des pistes (cyclables) pour y remédier. « Les déplacements à vélo permettent de conserver la distanciation sociale, note Christophe Najdovski, adjoint à la mairie de Paris en charge des transports. C’est la raison pour laquelle on veut favoriser ces déplacements qui ont aussi l’avantage d’être non polluants. » D’où l’idée de faire ce qu’on appelle de « l’urbanisme tactique ». L’élu nous en dit plus sur ce concept un peu brumeux : « L’idée est de faire des aménagements qui soient légers, rapides à mettre en œuvre et réversibles, c’est-à-dire que si ça ne fonctionne pas, on peut les retirer, et si ça marche, ça peut être pérennisé. » Concrètement il s’agit de mettre en place provisoirement des pistes cyclables supplémentaires.

La guerre de la chaussée

Et si cette idée avance, c’est aussi une question d’opportunités. « Quand le vélo doit prendre sa place sur la chaussée, c’est très difficile car la place est déjà prise, explique Dominique Riou, ingénieur au département transport-mobilité de l’Institut Paris-Région. Or aujourd’hui la rue est vide, et c’est peut-être l’opportunité pour gagner du terrain du point de vue des aménagements cyclables. » Qui va à la chasse, perd sa place, en résumé. Et le deux-roues peut aussi être une solution efficiente à la désaffection des transports en commun en raison de la crise sanitaire. « Il n’y a que la voirie qui peut compenser ce phénomène, juge Dominique Riou. Or le vélo se trouve être une opportunité d’augmenter au global la capacité de transport de la voirie, car là où sur une file de circulation, on va faire passer 700-800 véhicules/heure, on peut faire passer beaucoup plus de vélos, donc beaucoup plus de gens. »

Ces futures pistes cyclables ne se feront pas n’importe où. « On va calquer les lignes de métro et essayer de dupliquer au-dessus des lignes de vélo, de manière à ce que ce soit une alternative pour ceux qui se déplacent habituellement en métro », précise Christophe Najdovski. « L’analogie avec le métro porte davantage sur l’homogénéité, la continuité de l’offre de service, estime de son côté Dominique Riou. On a besoin d’une cohérence de réseau, pour que ça fonctionne. »

Vélopolitain et RER vélo

En fait, et l’élu parisien le reconnaît lui-même, l’idée n’est pas neuve. Elle est poussée depuis pas mal de temps par les associations d’usagers et a même été reprise par la plupart des candidats à la mairie de Paris. « On avait proposé le Vélopolitain qui était un projet de lignes permanentes », se souvient Jean-Sébastien Catier, porte-parole de l’association Paris en Selles. Cette dernière, en concertation avec le collectif Vélo Ile-de-France, a profité de la problématique du déconfinement pour la resservir à la mairie de Paris qui planche actuellement dessus.  Des villes comme Berlin, Bogota ou Oakland ont ainsi profité du confinement pour mettre en place ces structures provisoires.

Si rien n’est encore finalisé, Christophe Najdovski a déjà une petite idée sur l’emplacement de ces futures pistes à Paris. « On est plutôt sur l’idée de faire des aménagements là où ils n’existent pas aujourd’hui, explique-t-il. Pour la ligne 4, par exemple, ce serait de faire une liaison depuis la Porte d’Orléans jusqu’à l’Ile de la Cité. » Il envisage également de doubler « la ligne 13, dont on sait qu’elle est saturée » et de créer un « axe qui va compléter la ligne 1 ». Si Jean-Sébastien Catier rejoint l’élu parisien sur la nécessité d’un axe entre Châtelet et la Porte d’Orléans, il demande aussi « un axe Est-Ouest, le long des grands boulevards, jusqu’à l’Etoile, qui est un axe important sur lequel il n’y a pas du tout d’aménagements pour les vélos. Or il y a des besoins car ça dessert des quartiers de bureaux et ça permet d’aller à La Défense. »

La région veut un coup d’accélérateur

Mais le militant associatif met en garde : « L’idée est d’avoir la même chose en banlieue pour que ce soit pas un truc parisien. Montreuil est en train d’étudier sérieusement la question, Boulogne, semble-t-il, aussi. » « Ce projet n’a de sens qu’à l’échelle métropolitaine, appuie Christophe Najdovski. Aujourd’hui, il y a un consensus politique très large à Paris mais aussi à l’échelle de l’IDF, c’est le moment d’avancer ensemble sur un plan qui soit francilien. »

A la région Ile-de-France, on compte avant tout s’appuyer sur le plan vélo mis en place par la collectivité. « La réalité c’est qu’il y a un RER vélo, porté par le collectif Vélo Ile-de-France, que la région finance à hauteur de 60 %, avance Stéphane Beaudet, vice-président chargé des Transports et des Mobilités durables qui en appelle au « pragmatisme ». Ce que l’on demande et ce sur quoi on veut travailler c’est "est-ce qu’on ne peut pas tout de suite par du marquage au sol préfigurer une partie de ce que sera ce réseau pour gagner du temps ?" » Et cela s’agite aussi en très haut lieu puisque la ministre des Transports  Elisabeth Borne a chargé le président des Villes cyclables, Pierre Serne, « de recenser et appuyer les initiatives des collectivités » sur les pistes cyclables temporaires.

Enfin au-delà du déconfinement, ce projet permet déjà d’orienter le futur. « On fait d’une pierre deux coups, annonce l’élu parisien. Ces aménagements qui sont provisoires, s’ils marchent bien, pourront être pérennisés, peut-être transformés de manière plus durable. » « On le fait en urgence et de façon temporaire pour répondre aux besoins sanitaires, mais évidemment que ça contribuera aussi à la dynamique existante en faveur du vélo », veut croire Jean-Sébastien Catier. « Les pistes provisoires, ça n’existe pas dans la vraie vie et c’est super dangereux car ce qui est provisoire, comment vous faites pour l’enlever demain ? » s’interroge faussement Stéphane Beaudet. Le provisoire qui dure en somme.