Coronavirus : Un quart de la population parisienne a quitté la ville

CONFINEMENT Selon une étude de l'Insee publiée ce mercredi - via des données d'Orange - la capitale a perdu un quart de sa population après le confinement

Romain Lescurieux

— 

Une femme faisant son jogging, autour du Champs de Mars, à Paris, non loin de la Tour Eiffel.
Une femme faisant son jogging, autour du Champs de Mars, à Paris, non loin de la Tour Eiffel. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Cap-Ferret, Ile-de-Ré, villes de montagne, Belle-Ile-en-Mer… Cette liste n’a rien à voir avec une chanson de Laurent Voulzy mais les quelques destinations où des traces de « Parisiens » ont été aperçues depuis le début du confinement. Le lundi 16 mars, peu avant les annonces d’Emmanuel Macron, ils sont en effet nombreux à avoir taillé la route en fin d’après-midi et dans la soirée. Direction la campagne, le bord de mer, les maisons de famille, secondaires ou louées pour l’occasion. Peur, égoïsme ou précaution ? Cette vieille « stratégie bourgeoise » n’est toutefois pas sans risques, comme nous l'expliquions dans cet article. Mais combien sont-ils à avoir opté pour l’exode ?

Pas moins de 17 % de la population parisienne auraient quitté Paris entre le dimanche 15 et le lundi 16 mars pour rejoindre les maisons de famille, secondaires ou louées pour l’occasion, selon les données de géolocalisation collectées par Orange. L’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) publie ce mercredi une étude statistique – via des données d’Orange – sur la répartition de la population présente sur le territoire avant et après le confinement. Avec un focus sur la population parisienne.

Selon l’Insee, « l’annonce du confinement le 16 mars puis sa mise en place à partir du 17 mars à midi se sont accompagnées de mouvements de population en France métropolitaine. Ces déplacements ont conduit à une nouvelle répartition de la population présente sur le territoire qu’il est important de documenter ».

Un quart de la population parisienne en moins

« Paris intra muros, voit sa population présente en nuitée diminuer de 580.000 à 610.000 personnes, soit un quart de sa population présente en nuitée avant le début du confinement. Ceci correspond à trois situations : des résidents d’autres départements français de passage à Paris sont partis, pour près de 40 % de la baisse ; des Parisiens sont allés s’installer dans un autre territoire, pour près de 33 % de la baisse (soit 11 % des résidents parisiens) ; et des étrangers de passage à Paris sont repartis chez eux pour près de 28 % de la baisse », détaille l’Insee.

«​ Par rapport à avant le confinement, on retrouve plus de résidents parisiens et d’habitants des Hauts-de-Seine en Normandie, en Bourgogne, dans le Centre, la Bretagne et dans les autres départements du littoral atlantique, leurs zones habituelles de résidence secondaire », note l’Insee.

« 1,4 million de résidents métropolitains ont quitté un département »

Au niveau national, l’Insee a constaté que « près de 1,4 million de résidents métropolitains ont quitté un département où ils étaient de passage pour rejoindre leur département de résidence. En faisant l’hypothèse d’un solde net de 180.000 à 370.000 résidents métropolitains revenus sur le territoire, ce sont au total 1,6 à 1,7 millions de personnes qui ont rejoint leur département de résidence ».

L’Insee voit les résultats de cette première étude « comme provisoires ». « Ces derniers seront amenés à être consolidés, puis actualisés à partir d’informations plus récentes, provenant de plusieurs opérateurs et de sources alternatives ».