Coronavirus à Paris : Didier Lallement et Anne Hidalgo tapent du poing sur la table

ÇA VA BARDER Le préfet de police et la maire de Paris n’apprécient pas que certains Parisiens sortent un peu trop de chez eux

G. N. avec AFP

— 

Un policier patrouille au Trocadéro, mardi 17 mars.
Un policier patrouille au Trocadéro, mardi 17 mars. — Francois Mori/AP/SIPA

C’est assez rare pour le signaler. Le préfet de police Didier Lallement et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont fendus ce jeudi d’un communiqué commun pour fustiger des « comportements inacceptables ». « A l’heure où les personnels soignants se battent jour et nuit pour sauver des vies dans les hôpitaux », ils rappellent que « les sorties liées à l’activité physique, à l’équilibre des enfants, et aux besoins des animaux de compagnie doivent être brèves et à proximité immédiate du domicile », et relèvent que « certains comportements inacceptables perdurent ».

« Certains secteurs de la capitale restent trop fréquentés par des promeneurs et sportifs, en particulier le parc des Rives de Seine, le Champs-de-Mars, les Invalides et les bois de Boulogne et de Vincennes », soulignent-ils. En conséquence de quoi, ils ont décidé d’agiter le bâton. Les policiers vont désormais assurer dans ces secteurs « des contrôles stricts des motifs de déplacement privé », alors que la France est soumise à un confinement général depuis mardi pour lutter contre la propagation du coronavirus. Les agents de sécurité de la ville de Paris patrouilleront « sur les Rives de Seine et l’Esplanade des Invalides pour rappeler les consignes sanitaires et dissuader les activités et rassemblements qui ne revêtent pas un caractère indispensable ».

« Super le confinement ! »

Dans le quartier du Sénat dans le 6e arrondissement, à deux pas du jardin du Luxembourg, jeudi matin, des policiers étaient très agacés. « On n’a jamais vu autant de gens courir et promener leur chien », a dit l’un d’eux à un photographe de l’AFP. Selon ce policier, avec une attestation une personne peut passer toute la journée dehors : « Je vais courir une ou deux heures, ensuite je vais faire des petites courses, je rentre manger, une petite sieste, et je ressors prendre un peu l’air. Et le soir, je peux même aller promener mon chien. Avec ça, j’ai passé la journée dehors. Super le confinement ! », déplore-t-il.

Dans leur communiqué, Anne Hidalgo et Didier Lallement rappellent aussi qu'« aucune pénurie alimentaire n’est à prévoir » et en appellent « au civisme et à la mesure dans les comportements d’achat […] pour éviter les ruptures ponctuelles et limiter les rassemblements de population ». Le « dispositif de contrôle de la fréquentation à l’entrée des marchés les plus fréquentés, notamment dans le nord-est de Paris, et pour faire respecter les distances de sécurité entre chaque client », va être affiné. « Si cet appel à la responsabilité ne porte pas ses fruits, le préfet de police […] prendra alors toutes les mesures utiles pour interdire l’accès aux lieux les plus fréquentés », préviennent-ils.