Municipales 2020 : Le revenu moyen d’un ménage avec deux enfants en HLM à Paris s’élève-t-il à 3.000 euros, comme l’affirme Anne Hidalgo ?

FAKE OFF La maire de la capitale a avancé qu’un ménage avec deux enfants logeant dans le parc social parisien dispose de 3.000 euros de revenus en moyenne. Pour calculer ce montant, la candidate s’appuie sur les unités de consommation, différentes des salaires

M.Co.

— 

Anne Hidalgo sur le plateau du débat organisé entre les candidats à la mairie de Paris, le 10 mars 2020.
Anne Hidalgo sur le plateau du débat organisé entre les candidats à la mairie de Paris, le 10 mars 2020. — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL / AFP
  • Participante du débat entre les candidats aux municipales à Paris mardi, Anne Hidalgo a soutenu qu’un ménage avec deux enfants logeant dans le parc social parisien dispose de 3.000 euros de revenus en moyenne.
  • L’équipe de la candidate explique que celle-ci s’est appuyée sur une enquête publiée en 2018.
  • Cette enquête dévoile des revenus par unités de consommation, qui sont différents des salaires.

Vif échange mardi soir entre Anne Hidalgo et Rachida Dati. Invitées à débattre sur le plateau de France 3 et France Info en compagnie de cinq autres candidats aux élections municipales à Paris, la maire sortante a demandé à sa rivale soutenue par Les Républicains quel est « le revenu moyen par mois d’un ménage avec deux enfants habitant dans le parc social à Paris ». « Je ne suis pas votre élève », lui a rétorqué Rachida Dati. Ce revenu s’élève à « 3.000 euros », selon Anne Hidalgo. « C’est essentiellement un parc qui est destiné aux classes moyennes et aux catégories populaires », a ajouté la maire socialiste de Paris.

FAKE OFF

A quoi correspond ce montant avancé par la maire sortante ? L’équipe de Paris en Commun, la liste d’Anne Hidalgo, précise à 20 Minutes que ce chiffre provient d’une enquête réalisée auprès des locataires de Paris Habitat (un des bailleurs sociaux parisiens) en 2018, que l’équipe n’était pas en mesure de communiquer.

L’équipe précise que le revenu moyen s’élève à « 2.984 euros par mois. » Comment a-t-elle calculé ce résultat ? Selon cette enquête, le revenu moyen de ces locataires par unité de consommation s’élevait à 14.935 euros pour l’année 2018. L’équipe a ensuite divisé ce montant annuel par douze puis 2,4 unités de consommation.

Un revenu après impôts

Une unité de consommation est un système utilisé par l’Insee qui permet de comparer le niveau de vie des ménages. Elle est différente du salaire. Cette unité de consommation se compose des revenus disponibles une fois les impôts payés et les éventuelles prestations sociales touchées. Ces revenus sont pondérés par le nombre de personnes présentes dans le ménage : le premier adulte du ménage compte pour 1 unité de consommation, les autres personnes âgées de 14 ans ou plus pour 0,5, et les enfants de moins de 14 ans 0,3. Pourquoi ce décompte ? « Les besoins d’un ménage ne s’accroissent pas en stricte proportion à sa taille », note l’Insee. Inutile donc de compter plusieurs fois certains biens pour « garder le même niveau de vie ».

Pourquoi ce chiffre de « 2,4 » unités de consommation pour une famille avec deux enfants ? L’équipe a voulu faire une « moyenne » entre les différents schémas familiaux (enfants âgés de plus de 14 ans ou de moins de 14 ans, comptant donc pour 0,5 ou 0,3 unité de consommation).

Une enquête sur les Parisiens logés dans le parc social

Le montant avancé par l’équipe d’Anne Hidalgo est proche du revenu médian des Parisiens logés dans le parc social. Celui s’élevait à 17.410 euros par an par unité de consommation, selon une enquête de l’Insee en 2017, transmise à 20 Minutes par Paris habitat. Cela correspond à environ 3.000 euros par mois pour une famille avec deux enfants de moins de 14 ans.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.