Municipales à Paris : Agnès Buzyn refuse des « alliances de partis » mais fera du « cas par cas »

ELECTIONS L’ancienne ministre de la Santé reste distancée par Anne Hidalgo et Rachida Dati dans les sondages

20 Minutes avec AFP

— 

Agnes Buzyn en visite dans une clinique veterinaire dans le cadre de sa campagne pour les municipales a Paris
Agnes Buzyn en visite dans une clinique veterinaire dans le cadre de sa campagne pour les municipales a Paris — BUFKENS_cedric/SIPA

Pas de consigne générale, mais des ajustements possibles. La candidate LREM à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, a précisé samedi sur BFMParis sa stratégie pour le deuxième tour des municipales.

Interrogée sur une éventuelle alliance avec la candidate LR Rachida Dati, elle a répondu : « Il n’y aura aucune alliance de partis, aucune alliance. Il y aura, par arrondissement, des discussions sur ceux qui veulent me rejoindre sur un projet ».

« Je pense que les Parisiennes et les Parisiens en ont marre de ces clivages droite-gauche. Gérer la ville de Paris n’est pas être socialiste ou LR », a ajouté Agnès Buzyn, qui se présente comme « une voie centrale ».

Hidalgo et Dati au coude-à-coude

Et quid de Cédric Villani ? « Nous nous apprécions beaucoup », a répondu Agnès Buzyn, qui n’est pas parvenue à rallier à elle l'ancien membre de LREM. Anne Hidalgo tente elle aussi de lui faire des appels du pied.

Selon un dernier sondage Ipsos-Sopra Steria, la maire socialiste reste en tête avec 25 % d’intentions de vote au premier tour, mais est talonnée par la liste de Rachida Dati (24 %), en progression de 4 points. Le duo de tête creuse l’écart avec la liste LREM d’Agnès Buzyn, stable à 19 % depuis une précédente enquête il y a deux semaines. En perte de vitesse, la liste EELV de David Belliard est créditée de 12 % (-1) et celle de Cédric Villani (ex-LREM) de 7 % (-2).