EXCLUSIF. Municipales 2020 à Paris : Dati continue de faire la course en tête, Buzyn ne décolle pas, selon un sondage LCI/20 Minutes et RTL

SONDAGE Dans un sondage Harris Interactive-agence Epoka publié ce mardi soir, à la veille de la grande confrontation des candidats sur le plateau de LCI, Rachida Dati arrive en tête des intentions de vote, avec 25 %

Romain Lescurieux

— 

Rachida Dati, candidate LR à Paris, dans son bureau de la mairie du 7e arrondissement.
Rachida Dati, candidate LR à Paris, dans son bureau de la mairie du 7e arrondissement. — Romuald Meigneux/SIPA pour 20 Minutes
  • Rachida Dati arrive en tête (25 %), suivie d’Anne Hidalgo (24 %) et d’Agnès Buzyn (17 %).
  • « Il y a une dynamique en faveur de Rachida Dati, identifiée depuis quelques semaines et qui semble se poursuivre à l’heure actuelle, sans décrochage », estime auprès de 20 Minutes, Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique et opinion de l’Institut Harris Interactive.
  • En ce qui concerne les alliances et le second tour, l’opération globale « profiterait à Anne Hidalgo », note-on au sein d’Harris Interactive.

La dynamique Dati se poursuit à moins de deux semaines du premier tour de la bataille municipale dans la capitale. Selon un sondage exclusif Harris Interactive-agence Epoka pour LCI, 20 Minutes et RTL, publié ce mardi soir, Rachida Dati fait la course en tête avec 25 % des intentions de vote.

La candidate LR arriverait donc première au soir du premier tour, devant Anne Hidalgo (24 %) et Agnès Buzyn (17 %), la candidate LREM fraîchement arrivée dans la campagne en remplacement de Benjamin Griveaux. Cédric Villani, lui, chute, par rapport à son début de campagne, il y a quelques mois. Le mathématicien obtiendrait 8 %. A noter la dynamique « positive » pour Rachida Dati qui se « confirme », selon Harris Interactive, face à une maire sortante qui pourrait profiter d’une plus importante réserve de voix.

« Il y a une dynamique en faveur de Rachida Dati »

« Il y a une dynamique en faveur de Rachida Dati, identifiée depuis quelques semaines et qui semble se poursuivre à l’heure actuelle, sans décrochage. Elle mène une campagne de droite avec des thématiques qui parlent à son électorat », détaille auprès de 20 Minutes, Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique et opinion de l’Institut Harris Interactive, qui a réalisé ce sondage. La candidate LR avait présenté lundi 24 février son programme pour la capitale. Au menu : sécurité, propreté, famille. Garanti droite pur jus. « Et cela fonctionne bien », reprend Jean-Daniel Lévy. « C’est un projet pragmatique, de bon sens, ancré dans la réalité des Parisiens. Il est construit dans la clarté. Je ne pense pas qu’on rassemble avec de l’eau tiède. J’ai un discours de vérité et sans tabous », avait-elle déclaré, dans une allocution éclair.

Selon Jean-Daniel Lévy, elle arrive à capter une partie de l’électorat de François Fillon et de Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate malheureuse des élections municipales de 2014. Et ce, malgré d’autres listes de droite et des dissidences dans certains arrondissements de la capitale. « Ça ne semble pas poser un souci à la candidate, si ce n’est qu’elle n’a pas beaucoup de réserves pour le second tour », rappelle-t-il. A gauche, Anne Hidalgo reste globalement stable dans les intentions de vote. « Il y a une légère progression et toujours la concurrence de David Belliard [EELV, 11 %] et Danielle Simonnet, soutenue par LFI [5 %] mais la maire sortante ne semble pas en pâtir », note-t-il.

Agnès Buzyn : « On n’identifie pas de dynamique »

Du côté d’Agnès Buzyn, ça ne semble pas décoller. « La campagne ne prend pas tout à fait. Elle est à un niveau stable depuis son entrée en campagne. On ne savait pas si une dynamique allait s’orchestrer. On ne l’identifie pas, on voit qu’elle récupère un tiers de l’électorat d’Emmanuel Macron, qu’elle penche un peu à droite, mais qu’elle n’arrive pas à créer de dynamique », estime Jean-Daniel Lévy. Il y a quelques jours, la candidate a présenté son programme en l’axant, elle aussi, en faveur de la sécurité et de la propreté. La droite, une source d’inspiration pour Agnès Buzyn ? « Non ! Mais ce que veulent les gens, c’est de la propreté et de la sécurité », répond-elle. « Ce sont les plus gros échecs d’Anne Hidalgo. Cette ville a été délaissée. Cette ville a été malmenée. Mme Hidalgo a dégradé la qualité de vie à Paris. Il faut remettre de l’ordre », estimait-elle récemment lors d’un long entretien accordé à 20 Minutes. 

Enfin, en ce qui concerne les alliances et le second tour, l’opération globale « profiterait à Anne Hidalgo », note-t-on au sein d’Harris Interactive. « Comme en 2014, où elle n’était pas arrivée en tête au premier tout, elle a des réserves de voix importantes notamment du côté de David Belliard et aussi de Cédric Villani [ex-LREM] », précise Jean-Daniel Lévy.

Enquête réalisée en ligne du 28 février au 2 mars 2020 sur un échantillon de 1.119 personnes inscrites sur les listes électorales à Paris, issu d’un échantillon de 1.278 personnes représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Dans le cas d’un échantillon de 1.000 personnes, si le pourcentage mesuré est de 10 %, la marge d’erreur est égale à 1,8 %.