Municipales 2020 à Paris : Rachida Dati veut être la « maire du détail » plus que des « grands projets »

POLITIQUE La candidate LR a présenté ce lundi son programme pour la capitale. Au programme : sécurité, propreté, famille. L’occasion aussi de balancer quelques tacles sur ses deux rivales, Anne Hidalgo (PS) et Agnès Buzyn (LREM)

Romain Lescurieux

— 

Rachida Dati (LR) et ses équipes ce lundi
Rachida Dati (LR) et ses équipes ce lundi — SIPA PRESS
  • « Je veux être la maire du détail plus que des grands projets », a déclaré ce lundi Rachida Dati.
  • La candidate LR veut faire de la sécurité, de la propreté et de la famille, ses priorités.
  • Agnès Buzyn (LREM) a elle aussi également déclaré vouloir miser sur la sécurité et la propreté. A son propos, Rachida Dati déclare : « S’improviser maire de Paris, c’est très dangereux ».

Dans un QG compact et surchauffé, situé boulevard Sébastopol à deux pas de celui d’Anne Hidalgo, la candidate LR Rachida Dati a présenté ce lundi son programme devant la presse et entourée sur scène, de ses têtes de liste d’arrondissement.

« C’est un projet pragmatique, de bon sens, ancré dans la réalité des Parisiens. Il est construit dans la clarté. Je ne pense pas qu’on rassemble avec de l’eau tiède. J’ai un discours de vérité et sans tabous », a-t-elle déclaré, dans une allocution éclair. Au programme : sécurité, propreté et famille. Garanti droite pur jus.

La maire du « détail »

Si la plupart des propositions étaient connues, elle a réaffirmé sa volonté de créer une police municipale armée, de recourir à la vidéoprotection « pour traquer les délinquants » mais aussi de miser sur la sécurité privée. Elle souhaite également la création d’un poste d'« adjoint aux victimes » chargé de les accompagner sur le plan procédural et psychologique, tout en donnant davantage de pouvoirs aux maires d’arrondissement sur différentes thématiques. Concernant le nettoyage, elle souhaite la réorganisation de la direction de propreté. Enfin, elle mise sur la défense des familles, notamment populaires, qui ont été « trahies par la gauche », précise-t-elle.

« Je connais la réalité des Parisiens. Je serai le maire de leur quotidien. Avant de promettre des grands projets qui ne verront jamais le jour, revenons déjà aux fondamentaux », a ajouté la maire du 7e et ancienne Garde des Sceaux. Et de préciser : « Je veux être la maire du détail plus que des grands projets ». Soit, des poubelles qui ne débordent pas, des rampes d’accès dans les bibliothèques pour les personnes en fauteuils roulants, ou encore l’accès au petit toboggan autour duquel se retrouveront les enfants du quartier, énumère-t-elle.

« Mon objectif, c’est que vous ne voyez même pas les problèmes que nous aurons à régler car ils auront été réglés avant de devenir des problèmes », analyse-t-elle. Tout en mettant en avant sa « méthode », elle n’a toutefois pas oublié d’envoyer quelques piques à destination de ses rivales, qui sont toutes les trois dans un mouchoir de poches, selon un sondage.

« S’improviser maire de Paris c’est très dangereux »

« Ma méthode, c’est de concerter et réconcilier (…) », assure-t-elle. Dopée par une dynamique dans les sondages, Rachida Dati s’est montrée très critique vis-à-vis d’Anne Hidalgo, précisant toutefois et comme à son habitude, qu’elle « n’attaque pas la personne », mais le « bilan ». « Anne Hidalgo a monté les Parisiens les uns contre les autres. L’espace public est devenu une zone de lutte où chacun s’affronte : le vélo contre la voiture, le piéton contre la trottinette (…) Le Paris d’Anne Hidalgo c’est le Paris du plus rien en commun. Cela ne peut plus durer », balance-t-elle.

Ce dimanche, Agnès Buzyn (LREM) a dit dans le JDD vouloir axer sa campagne sur la sécurité et la propreté comme l’a déclaré dans le même timing Rachida Dati dans Le Parisien. Un copié-collé ? La candidate LR a réagi : « S’improviser maire de Paris c’est très dangereux », parce qu'« on aggrave la défiance ». « Construire un projet ce n’est pas comme l’apprendre », a cinglé la candidate LR, talonnée dans certains sondages par Agnès Buzyn, qui a remplacé Benjamin Griveaux, contraint d’abandonner la course après la diffusion de vidéos à caractère sexuel. Rachida Dati estime qu’elle est « la seule alternative » à la maire sortante Anne Hidalgo », et ce avec des soutiens de poids à droite.

L'ex-président Nicolas Sarkozy et l’ancien ministre LR François Baroin viendront soutenir Rachida Dati pour les municipales dans les jours à venir, s’est félicitée la candidate. « On se voit, on se parle, il y a des choses qui se font, mais je ne prends pas de cours particuliers », a-t-elle tenu à rappeler.