Municipales 2020 à Paris : « Team Abrutis », un compte parodique participant à un certain « Griveaux bashing » alimenté par un proche de Villani

WEB Philippe Mouricou, directeur de la communication de Cédric Villani, est derrière le compte « Team Abrutis », révèle « Libération ». Ce compte Twitter « parodique » se moque depuis le début de la campagne des candidats à la mairie et plus précisément de l’ex candidat Benjamin Griveaux

Romain Lescurieux

— 

Benjamin Griveaux et Cédric Villani en 2017
Benjamin Griveaux et Cédric Villani en 2017 — SIPA PRESS

Le compte a été créé en février 2019 et est alimenté quasiment quotidiennement. Montages, vidéos et vannes… « Team Abrutis », compte « parodique » et anonyme se moque ouvertement des candidats à la mairie de Paris, d’élus, de leurs prises de parole, de leurs propositions, de leurs projets ou de leurs retournements de veste, durant cette campagne. Tout le monde y passe, d’Anne Hidalgo à Rachida Dati, David Belliard, Gaspard Gantzer ou même Isabelle Saporta mais une personnalité est depuis plusieurs mois particulièrement visé par la « Team Abrutis » :  L’ex-candidat LREM Benjamin Griveaux. D’ailleurs le nom du compte fait référence à Benjamin Griveaux, qui selon des « fuites de conversations privées », aurait qualifié d'« abrutis », de « fils de p…. », ses anciens rivaux pour l’investiture de La République en marche (LREM) aux municipales de Paris.

« Team Abrutis » met d’ailleurs en avant cette punchline : « La Team Abrutis a vocation à réaliser un large rassemblement allant des abrutis à tous les fdp », tout en rappelant qu’il s’agit d’un « compte parodique ». La « Team Abrutis » trolle avec une certaine maîtrise des outils et des sujets. Qui est derrière ? Selon les informations de Libération qui publie un article ce jeudi sur le sujet, Philippe Mouricou, qui dirige la communication de Cédric Villani, est l’un des auteurs du compte. Contacté par 20 Minutes, Philippe Mouricou confirme être derrière ce compte Twitter « avec d’autres et notamment des amis qui n’ont rien à voir avec la campagne », explique-t-il. Des « amis » et aussi des « partisans de Cédric Villani », abonde-on en interne. « C’est un compte parodique », tient-il à rappeler. Mais ce compte a-t-il toutefois participé à un certain Griveaux bashing ? Avec, entre deux moqueries, une allusion sexuelle publiée bien avant la sortie de la désormais « affaire Griveaux ». 

« C’est un truc à part, c’est pour se marrer »

Cartes postales du début de campagne, bus à soufflets, projet de Central Park, apport de 100.000 euros aux Parisiens qui veulent acquérir un bien immobilier, punaises de lit, absences de Griveaux à l’Assemblée nationale… Rien n’échappe aux auteurs qui enterrent même la campagne de Benjamin Griveaux, le 18 janvier dernier. « Ci-gît la candidature de Benjamin Griveaux, partie trop tôt, anéantie par Dati la sulfateuse. Repose en paix petit marquis… et emmène avec toi bus à soufflets, VMC et cours d’anglais à la crèche ».

Philippe Mouricou, le directeur de communication du mathématicien, s’en défend. « Benjamin Griveaux était le candidat dont tout le monde parlait le plus », affirme celui qui était directeur de communication de Mounir Mahjoubi pendant la primaire LREM avant de rejoindre en juillet 2019 l’équipe de Cédric Villani et d’y rester. Contacté par 20 Minutes, l’équipe du candidat dissident LREM s’explique : « Ce compte est parodique comme il y en a à chaque campagne. Et comme il y en a d’autres actuellement. C’est un truc à part, c’est pour se marrer », conclut-on.

Docteur en Sciences de Gestion, Philippe Mouricou est professeur associé de Stratégie. Il est aussi celui qui « sous le choc » a lancé l’alerte concernant les vidéos à caractère sexuel de Benjamin Griveaux en prévenant mercredi 12 février son ancien chef Mounir Mahjoubi et les équipes du premier concerné, selon les informations de Paris Match, confirmées par 20 Minutes. Et précipitant alors la chute finale du candidat.