Ile-de-France : Appel à témoins après l’enlèvement d’un garçon par son père

SOLIDARITE Un petit garçon de 8 ans, placé auprès de l’aide sociale à l’enfance, a été enlevé par son père dans un foyer d’urgence de Villepinte

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration d'un commissariat de police.
Illustration d'un commissariat de police. — C. Follain / 20 Minutes

Un petit garçon placé auprès de l'aide sociale à l'enfance (ASE) en Seine-Saint-Denis à cause de violences parentales a été enlevé par son père jeudi, a annoncé vendredi la préfecture de police de Paris en lançant un appel à témoins.

L’enfant de 8 ans, Mani Sulic, a été enlevé par son père jeudi « à 16 heures (…) dans un foyer d’urgence de Villepinte », en banlieue parisienne, a expliqué la préfecture dans un communiqué. Il avait été placé dans cette institution la veille, « au motif notamment de violences aggravées commises par son père. »

Ils essaient de rejoindre la Belgique

« Le père et l’enfant sont susceptibles de se trouver en Ile-de-France et d’essayer de rejoindre la Belgique », ajoute la préfecture. Ils sont tous deux originaires des pays de l’Est.

Le garçon « mesure entre 1,40 m et 1,50 m. De corpulence normale ou ronde, il a les cheveux courts noirs et les yeux marrons. » Au moment de sa disparition, il était vêtu « d’un sweat à capuche gris, d’un jean bleu foncé et de baskets blanches », selon la préfecture. Le père, 36 ans et mesurant 1,80 m, est « de corpulence normale, il a les cheveux clairsemés noirs et les yeux marrons. »

« Tout renseignement peut être communiqué 24H/24 au 17 Police Secours », précise la préfecture. Les éventuels témoins peuvent également joindre la brigade de protection des mineurs de la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis « au 01 41 60 29 00 tous les jours entre 9 heures et 12 heures et entre 14 heures à 19 heures. »

Une nouvelle alerte enlèvement

Cet appel à témoins intervient quelques jours après la mort d'une petite fille, Vanille, tuée le jour de son premier anniversaire par sa mère à Angers​. Atteinte de troubles psychiatriques importants, elle n’avait pas ramené sa fille comme prévu à l’ASE où elle était placée, et l’avait étouffée avant d’abandonner son corps dans un conteneur à vêtements.

Le dispositif « alerte enlèvement » avait été déclenché mais s’était soldé, pour la première fois depuis sa création, par un échec. Jeudi, la préfecture de police a également diffusé un autre appel à témoins, après l’enlèvement à Paris mardi d’un bébé prématuré par sa mère dans un hôpital parisien.