Municipales 2020 à Paris : Réélue, Anne Hidalgo augmentera les amendes « contre les incivilités »

POLITIQUE La maire sortante et candidate, Anne Hidalgo, a dévoilé ce jeudi matin son projet pour Paris. Au menu : écologie, solidarité, logement, place de la nature en ville et quelques mesures drastiques pour la propreté dans la capitale

Romain Lescurieux

— 

Anne Hidalgo lors de la présentation de son projet pour Paris, ce jeudi.
Anne Hidalgo lors de la présentation de son projet pour Paris, ce jeudi. — Martin BUREAU / AFP
  • Anne Hidalgo a distillé ses mesures pour la capitale : écologie, « le socle du projet », la solidarité, le logement.
  • Elle a également annoncé quelques mesures pour la propreté, thème de préoccupation principale des Parisiens. La candidate promet ainsi d’investir un milliard d’euros par an pour la propreté.
  • La maire sortante souhaite également la nomination d’un « responsable propreté » par quartier et d’un « agent de kiosque citoyen ». 

C’est au cœur d’un espace de coworking du 10e arrondissement, aux tons pastel, au mobilier en osier, tables en bois et ambiance jungle urbaine – un lieu sûrement très « instragrammable » mais en plein courant d’air – qu’Anne Hidalgo a dévoilé ce jeudi matin son projet pour Paris.

« Face à ce rythme qui s’accélère, à la dictature du “toujours plus”, beaucoup de Parisiennes et de Parisiens ont envie de prendre le temps, de souffler, de profiter de leur quartier. Ce sont à ces priorités qui sont les nôtres depuis longtemps, comme à ces priorités nouvelles que nous voulons répondre », a-t-elle déclaré sur scène. Durant une heure, la candidate à un nouveau mandat, a distillé ses mesures pour la capitale.

A savoir : L’écologie, « le socle du projet », la solidarité, le logement et quelques mesures drastiques pour la propreté, thème de préoccupation principale des Parisiens. La veille, son concurrent, Benjamin Griveaux (LREM), promettait « 100 jours pour rendre Paris propre », à l’heure où les poubelles s’entassent dans la capitale, en raison d’une grève chez les éboueurs et dans les incinérateurs.

« Responsable propreté » par quartier et augmentation des contraventions

« Les services de la propreté ramassent 3.000 tonnes de déchets chaque jour. Cela ne suffit pas. Au-delà de la gêne provoquée par des ordures ou par de la saleté, ce qui est insupportable, c’est le fait que notre espace commun puisse ne pas être respecté. Une ville dégradée, c’est un quotidien abîmé », a-t-elle martelé. Elle promet ainsi d’investir un milliard d’euros par an pour la propreté et « l’embellissement » des rues, places et jardins et souhaite la nomination d’un « responsable propreté » par quartier et d’un « agent de kiosque citoyen ». Une fonction similaire à ce que Benjamin Griveaux appelle, lui, un « manager de rue » ?

« Nous voulons que l’action en matière de propreté se décide au niveau de chaque quartier, de chaque rue. Les Parisiennes et les Parisiens pourront faire remonter leurs remarques à un agent qui sera à leur disposition dans le kiosque citoyen », explique-t-elle. Et de préciser : « Cet agent ne sera pas le petit chef du quartier, mais un interlocuteur privilégié, proche des habitants, qui travaillera avec eux pour améliorer la vie de la rue et du quartier ». « Nous nommerons également un responsable propreté dans chaque quartier qui fixera, en concertation avec la mairie d’arrondissement et les habitants un plan d’action spécifique à chaque rue », ajoute-t-elle.

Enfin, les contraventions pourraient augmenter. Si elle est reconduite, la municipalité actuelle proposera que la prochaine loi de décentralisation prévue pour l’automne prochain permette aux villes d’augmenter le montant des amendes « pour mieux lutter contre les incivilités ». Ainsi à Paris, « nous souhaitons pouvoir aller jusqu’à 150 euros le jet de mégot ou de papier ( contre 68 actuellement), 300 euros l’épanchement d’urine (68 euros également), 500 euros le dépôt sauvage d’encombrants, plusieurs milliers d’euros pour l’affichage sauvage », affirme l’édile qui souhaite faire de Paris « une ville toujours plus verte » et « respectueuse du vivant ».

Paris nature, Paris verdure

Si elle n’a pas du tout évoqué la présence des rats dans la capitale et les « désormais malheureusement célèbres punaises de lit », comme a dit Benjamin Griveaux en conférence de presse, Anne Hidalgo a préféré mettre l’accent, sur la protection des animaux dans l’espace public, notamment des hérissons. « Nous voulons une ville qui respecte tous les êtres vivants. Nous protégeons la biodiversité en créant toujours plus d’espaces naturels végétaux et aquatiques et en limitant la pollution lumineuse. Nous poursuivrons la protection des populations d’oiseaux, de hérissons, la réintroduction de certaines espèces comme les grenouilles. »

Par ailleurs, elle prévoit de « réaménager » de nouvelles places parisiennes : Concorde, Etoile, Stalingrad, Colonel-Fabien, Denfert-Rochereau, Trocadéro, Châtelet, Félix-Éboué et aussi les Champs-Élysées, en « redonnant toute la place aux piétons ». Elle a réaffirmé sa volonté de créer de « forêts urbaines et quatre nouveaux grands parcs », et rappelé sa promesse de pouvoir se baigner dans la Seine d’ici à 2024.

Les équipes de Benjamin Griveaux ont immédiatement réagi à ces annonces. « Anne Hidalgo est définitivement déconnectée des Parisiens : elle ne les entend pas, elle ne les défend pas, et elle leur ment. Tous les Parisiens voient son bilan sauf elle : c’est la saleté, l’insécurité, le désordre… et elle n’en titre aucune leçon ».