Paris : 360 Paris Music Factory, le nouveau phare de la musique rayonne à Barbès

MIEUX VIVRE LA VILLE Ce mardi soir, un nouveau lieu culturel ouvre ses portes à Paris. Son nom : 360 Paris Music Factory. Mille m2 entièrement dédiés à la musique et à la transculturalité, en plein quartier de la Goutte-d’Or, dans le 18e arrondissement

Romain Lescurieux

— 

La façade du 360 avec Saïd Assadi au balcon
La façade du 360 avec Saïd Assadi au balcon — Jeff le Cardiet
  • Ce projet « d’échange de partage avec une ambition sociale et solidaire » a été entrepris il y a bientôt 10 ans.
  • Ces 1.000 m² d’équipements sont répartis sur 6 niveaux d’un immeuble aux multiples facettes.
  • La programmation du 360 est riche, vivante, sans cloisonnement, allant de l’afro funk au blues du désert en passant par de la world music.

Sur le trottoir, un homme approche son visage d’une baie vitrée et protège ses yeux des reflets, pour distinguer les formes à l’intérieur de l’établissement. L’endroit est en ébullition, le stress se mêlant à l’euphorie. Alors que la peinture est encore fraîche, des ouvriers opèrent les derniers coups de perceuses et tours de tournevis. Les commandes de stock alimentaire s’enchaînent, le chef cuisiner relit son menu. « Nous sommes dans les derniers détails », lâche-t-il, dans une salle boisée. Au sous-sol, dans le studio d’enregistrement, des musiciennes iraniennes s’accordent.

Après trois années de travaux, le « 360 Paris Music Factory » sorti de terre au 32 de la populaire rue Myrha, dans le quartier de la Goutte-d’Or à Paris (18e arrondissement), est dans sa dernière ligne droite. Quelques heures avant le premier concert et l’ouverture au public, ce mardi soir, 20 Minutes a fait le tour du propriétaire de ce lieu unique de 1.000 m2 dédié à la création, la production et la diffusion musicale. A sa tête, Saïd Assadi, réfugié politique iranien et amoureux de la musique.

Le toit du 360
Le toit du 360 - R.LESCURIEUX / 20Minutes

Alors que la tendance à Paris, depuis quelques années, est davantage à la fermeture qu’à l’ouverture de cafés-concerts, Saïd Assadi a conscience du tour de force qu’il opère avec son 360. « J’ai toujours vu la culture comme une urgence vitale quand le monde se trouble. Le 360, c’est un rêve qui est devenu une incroyable aventure collective », brandit celui qui a commencé à imaginer ce projet « d’échange de partage avec une ambition sociale et solidaire » il y a bientôt 10 ans.

Une salle de concert de 290 places

Après avoir acheté le terrain, Saïd Assadi et ses associés ont mis cinq ans pour convaincre les banques. Finalement les travaux débuteront en 2017. Coût total du projet : 6 millions d’euros, dont 15 % d’aides de la région Ile-de-France, du CNM (Centre national de la musique) et de la mairie de Paris à hauteur de 625.000 euros, précise-t-on à l’Hôtel de ville. Pour quel résultat final ?

Ces 1.000 m² d’équipement sont répartis sur 6 niveaux d’un immeuble aux multiples facettes. La salle de concert modulable – 190 places assises, 290 assis-debout – doit accueillir 200 concerts par an. Plus haut dans l’immeuble, quatre résidences d’artistes permettent l’accueil simultané de huit artistes en création. « Toutes ces résidences sont connectées à la régie, donc les artistes peuvent s’enregistrer, se filmer », précise Saïd Assadi.

Côté cuisine, 150 repas seront servis chaque jour dans un restaurant de 70 couverts, avec des produits en circuit court et des prix accessibles, promet-on. Enfin, une terrasse avec un potager et vue directe sur le Sacré-Cœur et l’église Saint-Bernard constitue le dernier étage de ce phare au carrefour des cultures.

« Un lieu accueillant et ouvert sur la rue, le quartier, le monde »

Le 360 est une vraie fourmilière ouverte qui s’intègre avec ce quartier populaire et cosmopolite, en proie aussi à une gentrification parfois agressive et des loyers en augmentation. « Le bâtiment est moderne et connecté mais il ne s’impose pas au quartier. C’est un lieu accueillant et ouvert sur la rue, le quartier, le monde. Souvent, avec les lieux culturels, on a l’impression que c’est difficile d’accès et que c’est réservé à une élite. Pas ici », se réjouit Saïd Assadi. Au 360, les artistes et le public se rencontrent, tous comme les associations et les gens du quartier qui pourront profiter de tarifs préférentiels.

« Ce quartier de la Goutte-d’Or a déjà beaucoup changé avec de nombreux entrepreneurs, d’aménagements. C’est un quartier vivant. Il y a une vie ici. Et nous avons besoin de proximité, des habitants », sourit celui qui est arrivé à Paris, dans les années 1980, « sans parler un mot de Français ». Du côté des concerts, la programmation du 360 est riche, vivante, sans cloisonnement, allant de l'afro funk au blues du désert en passant par de la world music. 

« La musique formatée, nous fait perdre en sensibilité », insiste Saïd Assadi. Et de préciser : « Si on ne crée pas de modèles alternatifs, on devient complices d’une concentration dans la musique. Ce qui peut être dangereux pour la société. Nous sommes dans des sociétés qui ont une tendance au repli sur soi, la culture musicale et la diversité de la création sont la solution », se réjouit-il dans les escaliers du 360.