Baisse de la population à Paris : « Paris est une ville de passage », estime l'Insee

INTERVIEW Selon le dernier rapport de l'Insee, la capitale a perdu 53.000 habitants entre 2012 et 2017. Explications de Marie-Christine Parent, directrice de l'Insee en Ile-de-France

Propos recueillis par Caroline Politi

— 

Paris perd chaque année 12.000 habitants
Paris perd chaque année 12.000 habitants — Lionel BONAVENTURE / AFP

C’est l’équivalent de la population de Vannes ou de Melun. Entre 2012 et 2017, Paris a perdu 53.000 habitants, soit environ 12.000 chaque année, relève l’Insee dans son dernier rapport. Et tous les arrondissements, hormis le 19e, sont touchés. A contrario, l’Ile-de-France continue de croître. Explications de la directrice de l’Insee en Ile-de-France, Marie-Christine Parent.

Comment explique-t-on cette baisse du nombre d’habitants dans la capitale ?

Par la combinaison de plusieurs facteurs. La première raison de ce déclin est purement démographique : même si le solde naturel reste positif (0,7 contre 0,9 pour toute la France), la population parisienne est de plus en plus âgée : le nombre de décès augmente et la natalité baisse. A Paris, comme dans toute la France, le nombre de femmes en âge de procréer a diminué, c’est ce qu’on appelle une « génération creuse ». Même si cela va se redresser progressivement, ce phénomène a un impact démographique, le nombre de naissance est en baisse.

La question du logement explique-t-elle également ce déclin ?

Oui, elle est même centrale. Même si un effort de construction a été engagé, les logements familiaux restent chers et rares. Paris a traditionnellement un problème de structuration du logement : on trouve de tout petits appartements ou au contraire des très grandes surfaces, il manque des logements de taille intermédiaire, pour un couple avec un enfant, par exemple. A cela s’ajoute, comme dans de nombreuses métropoles, la question des « Airbnb », destinés uniquement aux touristes. Ces difficultés poussent ces familles à s’installer en petite couronne et celles qui sont déjà en petite couronne partent en grande couronne. Paris est une ville de passage.

Pourtant, en Ile-de-France, le solde migratoire est négatif ou nul dans tous les départements…

C’est lié à un phénomène propre à notre région : les Franciliens ont tendance à quitter l’Ile-de-France à la retraite pour s’installer au soleil. Depuis quelques années, on remarque également que les jeunes actifs partent de plus en plus tôt s’installer en province, chercher un autre cadre de vie. Il faut néanmoins noter que dans ces départements de la petite et grande couronne, la population est en hausse, portée par un fort dynamisme démographique. C’est particulièrement le cas en Seine-Saint-Denis, dans l’Essonne ou le Val d’Oise.

Paris va-t-elle continuer à perdre des habitants ?

Nos projections tablaient sur une reprise démographique autour de 2025 mais cela pourrait même arriver avant. Nos indicateurs montrent que la population commence à se stabiliser. Cela peut s’expliquer par l’important effort de construction, notamment dans le cadre du Grand Paris.