Paris: Polémique entre Djebbari et Hidalgo sur les «cars Macron»

GREVE Le secrétaire d'Etat «n'a jamais contacté la maire de Paris, ni ses services», a répliqué le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Baptiste Djebbari, député LREM
Jean-Baptiste Djebbari, député LREM — Jacques Witt/ Sipa/SIPA

Le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a accusé jeudi la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, de s'opposer à une augmentation des dessertes par «cars Macron» dans la capitale, ce que réfute la mairie.

«On a un sujet de desserte à l'intérieur de Paris et vous savez que c'est à la main de la maire Anne Hidalgo, qui semble-t-il n'est pas tout à fait favorable à ce que les cars desservent plusieurs points dans Paris», a affirmé Jean-Baptiste Djebbari sur RTL.

Le secrétaire d'Etat «n'a jamais contacté la maire de Paris»

Outre la gare de Bercy, seul point dans Paris autorisé jusqu'ici par la mairie, «nous avions proposé que ces cars desservent Denfert-Rochereau (sud), Châtelet (centre) et gare du Nord (nord)», a confié le secrétaire d'Etat.

«C'est à la main de la maire de Paris et (...) celle-ci, semble-t-il, le refuse jusqu'à présent», a-t-il ajouté, jugeant cette position «assez dommageable».

Le secrétaire d'Etat «n'a jamais contacté la maire de Paris, ni ses services», a répliqué le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, lors d'une conférence de presse. «Après vérification, une saisine administrative pour des demandes exceptionnelles pour des points d'arrêt de cars» a bien été émise, mais «sur un axe de bus 38, concerné par le trajet» de la manifestation et sans préciser qui était «l'exploitant», selon Emmanuel Grégoire.

«Que le ministre précise sa demande et nous verrons avec la préfecture de police ce qu'il est possible de faire», a-t-il assuré, dénonçant une «forme d'instrumentalisation» et une «manoeuvre de diversion» de la part du gouvernement.

Pour tenter de limiter en Ile-de-France les effets de la grève contre la réforme des retraites à la RATP et la SNCF, le secrétaire d'Etat avait annoncé mercredi soir le recours à ces cars privés sur une ligne entre Saint-Denis et Massy via Paris.

Sur cet axe, «les opérateurs sont encore en train de construire leur offre», selon lui. La compagnie allemande FlixBus a notamment indiqué qu'elle serait prête à assurer cette desserte à partir de vendredi, gratuitement.