Illuminations de Noël sur les Champs-Elysées : Le partenariat avec Ferrero passe mal

MECENAT Des élus et candidats à la Mairie de Paris ont fustigé ce partenariat

Romain Lescurieux

— 

Les illuminations 2019 des Champs-Elysées ont été inaugurées ce dimanche.
Les illuminations 2019 des Champs-Elysées ont été inaugurées ce dimanche. — SIPA PRESS

La plus belle avenue du monde en rouge. Ce dimanche, la maire de Paris, Anne Hidalgo, l’actrice Ludivine Sagnier et Jean-Noël Reinhardt, président du Comité Champs-Élysées ont donné le coup d’envoi des illuminations de Noël à Paris, sur les Champs Élysées.

Cette année, le lancement a eu lieu exceptionnellement un dimanche piéton pour le plus grand plaisir des Parisiennes et Parisiens qui pourront profiter des illuminations jusqu’au 8 janvier. Mais un détail en a aussi agacé plus d’un : le partenariat avec la société italienne Ferrero, qui a déployé de nombreuses publicités le long de l’avenue.

« Des illuminations de Noël sous le signe de la déforestation et de l’obésité infantile »

Régulièrement accusé de déforestation en Indonésie et en Malaisie pour sa production d’huile de palme, Ferrero, fabriquant du Nutella, est dans le viseur des élus. Notamment du candidat écolo David Belliard, d’anciens adjoints d’Anne Hidalgo comme Mao Peninou, ou encore de la candidate soutenue par La France Insoumise, Danielle Simonnet.

Ce recours à des partenariats n’est pas nouveau pour la mairie, notamment lors de festivités sur les Champs-Elysées. En 2018, une convention de parrainage avec Monoprix avait été signée à l’occasion du spectacle du 31 décembre sur les Champs-Elysées. Pour des dizaines de milliers d’euros, le groupe avait eu son logo et ses visuels sur différents supports, en amont et lors du passage à la nouvelle année. « Le réveillon du nouvel an des lobbys », déploraient déjà des élus. Du côté de la mairie, on prévenait alors que c’était « ni une première, ni une dernière ».

« Depuis un certain nombre d’années, que ce soit pour des événements culturels ou festifs à Paris, nous avons recours au mécénat ou sponsoring. Ce n’est ni la première, ni la dernière que nous le faisons sur un événement populaire, créatif et artistique, comme ce spectacle du 31 décembre », réagissait l'an passé, auprès de 20 Minutes, Frédéric Hocquard, adjoint à la maire de Paris chargé de la vie nocturne et de la diversité de l’économie culturelle, au sujet du partenariat avec Monoprix.