Municipales 2020 à Paris: Florence Berthout annonce son soutien à la liste de Benjamin Griveaux

POLITIQUE Ancienne cheffe de file du groupe LR au Conseil de Paris, Florence Berthout rejoint le candidat LREM Benjamin Griveaux.

R.L.

— 

Florence Berthout, en 2014, dans son bureau
Florence Berthout, en 2014, dans son bureau — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Coup dur pour la droite. La maire du 5e arrondissement, Florence Berthout, ancienne cheffe de file du groupe LR au Conseil de Paris, rejoint le candidat LREM Benjamin Griveaux. Celle qui quitté le parti de droite en juin dernier, adresse ce vendredi un courrier à ses sympathisants, dans lequel elle annonce sa décision d’apporter son soutien à la liste conduite par Benjamin Griveaux pour les élections municipales de Paris. Elle y explique « avoir reçu de Benjamin Griveaux des garanties concernant ses projets pour le 5e arrondissement ».

« Je veux m’engager pour la réussite de Paris »

« Je n’accepte pas la dégradation continue de la qualité de vie dans nos quartiers. Je ne peux me résoudre à l’échec inéluctable des divisions partisanes. Je veux m’engager pour la réussite de Paris », note Florence Berthout. « C’est pourquoi je souhaite pleinement participer au rassemblement initié par Benjamin Griveaux », ajoute-t-elle en assurant qu’elle resterait « une femme de droite et de rassemblement » au service de son arrondissement.

Mais « je connais les engagements pris par Benjamin Griveaux pour mener à bien les réformes que j’appelle depuis 2014 », a-t-elle ajouté dans cette missive, en se félicitant de la capacité du candidat de La République en Marche « à rassembler tous ses partenaires en respectant leurs différences ».

Benjamin Griveaux a salué le soutien d'« une maire dont chacun, au-delà des sensibilités politiques, reconnaît le travail sur le terrain ». « Elle a toujours été dans une opposition très constructive », a ajouté auprès de l’AFP Benjamin Griveaux qui souhaite former « une équipe constructive faite de personnalités, avec chacun leur histoire et leur parcours ».

Lors de la démission de Florence Berhtout des LR, Rachida Dati avait dénoncé une décision « pathétique » digne d’une trahison. A droite, d’autres voix plus moqueuses s’élevaient depuis quelques semaines. « Florence Berhtout continuera d’aller là où le vent souffle », persiflait un cadre du parti auprès de 20 Minutes.